Burkina : Un parti politique demande au Président du Faso de renoncer à son salaire

654 0

La Convergence patriotique pour la renaissance/mouvement progressiste (CPR/MP) a porté un regard sur la situation que traverse le Burkina lors d’une conférence de presse ce jeudi 6 juin 2019 à Ouagadougou. Contexte sécuritaire oblige, le CPR/MP incite ses membres à unir leurs forces pour que triomphent les causes justes.

Le Burkina Faso traverse une situation de guerre souvent « complexe et larvée ». Au plan sécuritaire et de la défense du territoire, a déclaré le secrétaire général (SG) de la CPR/MP, Evariste Magloire Yogo, « cette guerre vise à la fois l’intégrité de notre territoire, mais aussi et surtout le modèle de valeurs qui fonde notre vivre ensemble. Le lourd tribut que nous ayons payé depuis lors et les stratégies avancées par l’ennemi doivent enfin nous convaincre que la cible visée est précisément le Burkina Faso ».

Alors, le peuple burkinabè doit cultiver la cohésion, la solidarité, la tolérance, la paix, la prospérité pour lutter contre l’ennemi commun qui est le terrorisme, exhorte-t-il.

« Nous nous dirigeons vers une ébullition sociétale aux conséquences dramatiques »

Au plan socio-économique, « malgré la croissance économique de l’ordre de 6,6% annoncée par le Premier Ministre lors de son discours sur la situation de la nation, force est de constater que de la grogne sociale, nous nous dirigeons vers une ébullition sociétale aux conséquences dramatiques pour les générations présentes et futures », a expliqué le SG du parti CPR/MP.

Au cours de cette conférence de presse, les membres du CPR/MP se sont exprimés sur la question de l’injustice sociale. Elle se fait sentir « dans le traitement salarial des agents publics, le lourd passif foncier, le mouvement du personnel de la santé humaine et animale, toute chose qui risque d’entrainer la révolte la population », a indiqué Evariste Magloire Yogo.

Au plan politique et de la gouvernance, « un nombre important de partis politiques ne sont ni membres de l’APMP (Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle, ndlr) ni membres du CFOP (Chef de File de l’Opposition Politique, ndlr) et cette position de non-alignés ne doit pas justifier leur exclusion d’un quelconque cadre de dialogue d’intérêt national », a-t-il poursuivi.

Au plan environnemental, le responsable du CPR/MP dit être contre la construction d’un hôpital sur une partie de la forêt de Kua. Pour lui, « rien, absolument rien, ne justifie une telle forfaiture ».

Pour contribuer à un apaisement socio-politique, à la paix, à la sécurité et pour un dialogue fructueux, la CPR/MP propose, entre autres, que le président du Faso renonce à son salaire présidentiel pour le reste de son mandat, faire en sorte que le processus de dialogue initié par le chef de l’Etat soit élargi tant dans son contenu qu’au niveau des parties prenantes.

La CPR/MP  est un parti politique né suite à une assemblée générale constitutive le08 février 2015. Les premières semaines après l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, ont inspiré ces derniers à faire appel à une convergence pour la renaissance du Burkina Faso.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre