Patrimoine mondial africain : Les experts internationaux à Ouagadougou

426 0

La 4e réunion des experts africains du Comité du patrimoine mondial s’est ouverte, le 10 juin 2019 et ce jusqu’au 14 juin prochain, à Ouagadougou. Il s’agit d’une rencontre préparatoire pour mieux définir les enjeux des dossiers inscrits à la rencontre de Bakou (Azerbaïdjan) du comité du patrimoine mondial.

En prélude à la 43e session du Comité patrimoine mondial à Bakou (Azerbaïdjan), du 30 au 10 juillet 2019, vingt-trois (23) experts internationaux du patrimoine mondial issus de 13 pays, se sont donné rendez-vous à Ouagadougou (Burkina Faso), pour discuter des enjeux, définir les positions communes et mieux s’approprier des dossiers.   

« Dans les réunions stratégiques comme le comité du patrimoine mondial, les représentants africains ne sont pas souvent assez préparés. Conséquences, la fragmentation des voix fragilise. Les positions font que l’Afrique en tant que continent pourrait s’exprimer dans cette plateforme. C’est pourquoi avec plusieurs acteurs dont l’UNESCO, le Fonds pour le patrimoine mondial africain s’est engagé depuis 2016 à l’occasion de la célébration de son dixième anniversaire à regrouper les experts africains membres du comité, quelques jours avant les travaux de la session ordinaire du comité du patrimoine mondial pour identifier les enjeux qu’ils vont discuter, prédéfinir des positions communes et surtout mieux comprendre les questions qui seront abordées », a expliqué le Directeur exécutif du Fonds pour le patrimoine mondial africain, Souayibou Varissou.

Cette année, l’Afrique présentera son seul patrimoine culturel et naturel africain dont les sites de la métallurgie ancienne du fer. Le Burkina Faso peut être fier en tant que président de la région Afrique  au sein du comité du patrimoine mondial d’accueillir cette réunion. « L’objectif de la descente de notre délégation à Bakou est très clair : ramener à Ouagadougou, sa deuxième coupe du monde en patrimoine culturel », a indiqué le président du comité d’organisation, Lassina Simporé, par ailleurs secrétaire général du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT).

Selon le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, au regard des attaches qui incombent les experts, une bonne maîtrise des dossiers de la session est donc plus que nécessaire. Au côté du ministre en charge des affaires étrangères, Alpha Barry et du ministre en charge de l’enseignement supérieur, Alkhassoum Maïga, celui-ci a rappelé combien cette rencontre préparatoire était décisive avant le cap de Bakou.

Saaga SAWADOGO (stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre