Côte d’Ivoire : La dernière déclaration de Bédié sur « les étrangers » irrite le RHDP

760 0

Recevant une délégation de son parti, Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI, le mercredi 05 Juin 2019, le président Henri Konan Bédié, 85 ans, a dénoncé les entreprises souterraines de confiscation du pouvoir par le camp du Chef de l’Etat Alassane Ouattara. Il cite entre autres le phénomène de l’orpaillage clandestin pour lequel, dit-il, « on fait venir des étrangers armés qui sont stationnés dans beaucoup de villages » et la fraude organisée sur la nationalité ivoirienne avec dans sa ligne de mire la commune d’Abobo,  traditionnellement acquise à la cause du Rassemblement des Houphouetistes pour la Paix. Le gouvernement ivoirien, à travers un communiqué signé par son porte-parole, le Ministre Sidi Touré, réagira par la suite, s’indignant de la toxicité de ces propos. Jean-Louis Billon, le secrétaire exécutif chargé de la communication du PDCI, lors d’une conférence de presse convoquée le lundi 10 juin 2019, a tenté de faire remarquer que les propos de son chef ont été sortis de leur contexte.

« … On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… » ou encore « … Il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage … », « D’autres ont fait venir clandestinement … surtout dans la commune d’Abobo ; les gens rentrent, on leur fait faire des papiers …», « … Nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de café, de cacao ; et ensuite, les gens se sont installés à leur propre compte, et aujourd’hui, ils agressent les planteurs ivoiriens et se disputent même la propriété des terres » et enfin « … Il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux, car actuellement on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n’accepteront jamais cela… ».

Ce sont-là quelques morceaux choisis de la déclaration du président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI, le mercredi 05 Juin, en présence de ses militants convoqués à sa résidence de Daoukro (Centre), qui ont fait sortir le gouvernement ivoirien de ses gongs et mettre en garde son auteur.

« Ces propos, d’une extrême gravité, appelant à la haine de l’étranger, sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays », a fait remarquer le communiqué gouvernemental.

Cette sortie inquiète davantage le gouvernement au moment où l’actualité en Côte d’Ivoire est marquée par un regain des violences intercommunautaires dans plusieurs localités du pays, se soldant par des pertes en vies humaines et d’importants dégâts.

Le Ministre Sidi T. Touré a rappelé au terme de son document l’infraction que constituent le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse, par ailleurs, « punis par la loi pénale », a-t-il mentionné. Une façon toute implicite de rappeler à l’ordre l’ex-chef d’Etat qui ne jouit pas d’une dispense de la prison.

Selon Joël N’guessan, cadre du Rhdp, parti au pouvoir, « le moment est venu de contraindre Bédié au silence ». Ce qui confirme le couperet de l’arrestation qui plane sur la tête du patron du PDCI-RDA.

Pour Jean-Louis Billon, « un mauvais procès est fait au président Bédié » en ce sens que ses propos « sortis de leur contexte » dénaturent l’esprit de sa déclaration.

« (Le Président Bédié) n’a fait que porter à l’attention de l’opinion (…) des faits troublants et récurrents, vécus par les populations ivoiriennes », ravive le proche d’Henri Konan Bédié.

Le prochain épisode ce feuilleton de la déclaration devrait être tourné  cet après-midi du mardi 11 juin 2019 au Golf Hôtel d’Abidjan où dans un communiqué,  le RHDP a annoncé la tenue d’une conférence en vue d’ « analyser la situation sociopolique » du moment.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina 24 en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre