La Confédération africaine de pétanque (CAP) pour mettre de l’ordre dans la discipline

418 0

Après plusieurs années de crises latentes, la Confédération africaine de sport  de boule a fini par exploser. Un groupe de 17 pays s’est désolidarisé pour créer désormais la Confédération africaine de pétanque (CAP). L’objectif fixé par le nouveau président Léopold Vincent Touré, c’est la gestion dans la transparence pour redynamiser la discipline.

Le Burkina Faso a souvent été victime de la dictature du président de la CASB

Depuis le 29 mai 2019 à Grand Bassam, l’Afrique compte désormais une nouvelle confédération. Il s’agit de celle de pétanque dirigée par l’Ivoirien Léopold Vincent Touré. Le Burkina Faso,e la Libye, l’Iles Maurice, le Sénégal, Djibouti, le Mali, les Seychelles, la Mauritanie, le Maroc, le Niger, le Gabon, Madagascar, l’Algérie et les Comores sont les membres fondateurs de la Confédération africaine de pétanque (CAP).

En effet, ils quittent désormais la Confédération africaine de sport de boule (CASB). Le tout nouveau président Léopold Vincent Touré a expliqué l’initiative de création de cette nouvelle structure. C’était lors de son passage à Ouagadougou le dimanche 9 juin 2019.

Une dissidence suite à des problèmes de gouvernance

« Je ne peux pas considérer  la dernière réunion comme une assemblée générale. On est allé c’est juste deux personnes qui se sont exprimés et c’est fini. Il n’y a pas eu de rapport financier ni de programme d’activités », se plaint Léopold Touré. Il a insisté sur la question de la gestion de la CASB dirigée par le Béninois Idrissou Ibrahima.

« La deuxième chose, c’est la gouvernance et les comportements, poursuit Léopold Vincent Touré. Puisque le président se comporte comme un roitelet d’un royaume fictif qui se permet de dicter sa loi à lui à n’importe qui ». 15 des 22 membres ont donc décidé de quitter cette confédération pour créer la leur.

Cependant, sur le plan juridique la Confédération africaine de pétanque n’existe pas. C’est justement pourquoi ces 15 pays ont décidé de créer leur structure indépendante de la CABS pour éviter tout problème. A présent, la démarche de cette nouvelle fédération est de se faire reconnaître par l’Union des Confédérations sportives africaines (USCA).

Une revanche aussi pour le Burkina

Après cela, les 15 membres qui sont déjà sollicités par d’autres pour leur adhésion sont en train de mettre un programme et un calendrier des compétitions en place. Cela se fera après la reconnaissance par l’USCA et le CIO.

Selon ses explications, chaque fédération enverra sa liste des compétitions internationales africaines. En fonction de cela, un calendrier sera dressé pour l’organisation de ces compétitions, la Coupe d’Afrique, etc.

La Fédération burkinabè de pétanque a connu des périodes tumultueuses avec l’actuel président de la CABS. « A ce sujet, nous lui avons parlé. Nous lui avons demandé d’arrêter. Il accepte de le faire mais après, tout ce qu’il fait c’était pour détruire le Burkina. Cela ne pouvait pas continuer», a fait savoir Monsieur Touré. Madagascar a, lui également, subi ce même problème selon ses confessions.

L’équipe nationale du Burkina avait été suspendue d’une compétition africaine. Le bureau de Macaire Ouédraogo avait aussi été suspendu. Léopold Vincent Touré insiste sur le fait qu’il faut travailler dans un esprit de collégialité pour pousser haut la pétanque africaine. Un dizaine de compétitions sont déjà prêtes pour être disputées à Abidjan, Niamey, Agadir, Nouakchott, entre autres.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre