Burkina : Achille Tapsoba dénonce “une volonté manifeste de liquider” le CDP

460 0

Le congrès extraordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) n’a pas eu lieu ce 16 juin 2019. A la place, c’est une conférence de presse qui s’est tenue la veille 15 juin 2019.

Les dirigeants du CDP, ancien parti au pouvoir, ont souhaité un congrès extraordinaire afin d’en toiletter les textes pour notamment avaliser un bureau politique d’un millier de membres alors que les statuts actuels n’en prévoient que 600. 

Des militants ont attaqué la décision en justice et le congrès extraordinaire, qui était prévu ce 16 juin, a été suspendu. «Le congrès extraordinaire avait pour l’objectif la relecture de nos textes fondamentaux afin de régulariser la composition du bureau politique national aux statuts. C’est pourquoi nous considérons l’acte posé par ces camarades comme une volonté manifeste de liquider le Congrès pour la démocratie», a déclaré Achille Tapsoba, vice-président du CDP, ce 15 juin 2019, selon ses propos rapportés par l’AIB.

Mais il demeure confiant quant à l’avenir du parti. «Le CDP est comme une tige de roseau qui ploie sous les coups du vent et des agressions, qui se plie sans se rompre et finit toujours par se redresser», a-t-il déclaré, toujours selon l’AIB. Il annonce d’ailleurs que le congrès aura lieu.

Cette situation prévaut sur fond de manœuvres de positionnement pour la présidentielle de 2020. Kadré Désiré Ouédraogo, ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, fondateur du CDP, a déclaré sa candidature au scrutin. Une annonce qui ne fait pas l’unanimité au sein e l’ancien parti au pouvoir.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre