Burkina : L’appel de Manega

557 0

La cérémonie officielle de lancement de l’appel pour la sauvegarde de l’unité nationale et le vivre ensemble et contre l’incitation aux conflits ethniques religieux et la stigmatisation dénommé, “l’appel de Manéga” a eu lieu ce samedi 15 juin 2019 dans le village  de maître Titinga Pacere.

Le Burkina Faso compte environ 20 millions d’habitants répartis entre une soixantaine d’ethnies. Et depuis la reconstitution du territoire de la Haute-Volta, les différentes ethnies ont génénalement  vécu en parfaite harmonie.

L’hospitalité, le respect de l’autorité traditionnelle, la parenté à plaisanterie ont joué un rôle important dans l’équilibre social de la nation composée de Musulmans, de Chrétiens Catholiques et protestants et d’animistes.

Mais depuis quelques années, des écarts troublent cette quiétude. C’est pour contrecarrer cette promesse de division et semer les graines de  fraternité et d’unité que les initiateurs de l’appel de Manéga, ont pensé pour la première étape de ce projet, à recenser une centaine de signataires à l’appel. Ce sont des, jeunes adultes comme vieillards, qui s’engagent à travers cet appel à être des pèlerins auprès des citoyens comme autorités et de toutes bonnes volontés pour l’unité nationale, le vivre ensemble, la concorde et le consensus national. .

La plus jeune signataire de l’appel de Manéga, pour le moment est Yacine Compaoré, élève en classe de 1ere. 

« Depuis environ 5 ans, le Burkina Faso fait face au terrorisme et à l’extrémisme violent. Une bonne partie du Nord comme à l’Est est envahie par une horde criminelle qui a perpétré plusieurs attaques et causé la mort de plus d’un demi-millier de Burkinabè civils et militaires », déplore l’hôte et signataire de l’appel de Manéga Maitre Titinga Pacéré, également Chef de ce village. « Les terroristes sont parvenus à opposer les Ethnies entre elles dont Yirgou. La diversité religieuse est également éprouvée par les attaques dirigées contre les symboles religieux », ajoute-t-il.

D’où cet appel qui attend plusieurs signataires afin de porter la voix de l’unité. 

À noter que pendant son discours, Me Titinga Pacéré a eu un malaise, mais sans gravité.   Selon ses collaborateurs, le chef de Manéga n’est pas à son premier malaise et cela est dû selon eux à son âge et à la chaleur. Une situation qui a quelque peu écourté la cérémonie. 

Irmine KINDA
Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre