GEPPAO 2019 : « La liberté d’expression est une valeur fondamentale » (Roch Kaboré)

1934 0

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a présidé la cérémonie d’ouverture du forum de groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest (GEPPAO), ce jeudi 20 juin 2019 à Ouagadougou.

Le forum de groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest (GEPPAO) entend créer des espaces de réflexion et de partenariats entre les journaux de service public de l’Afrique de l’Ouest dans la lutte contre le terrorisme. Le GEPPAO vise, entre autres, à œuvrer à la mutualisation des efforts et des moyens pour réussir les missions d’information et de formation des opinions publiques.

Cette rencontre de deux jours, deuxième du genre après celle de la Côte d’Ivoire en 2015, est placée sous le thème général « le rôle des médias de l’UEMOA dans la lutte contre le terrorisme : entre contraintes sécuritaires et devoirs professionnels ».

« Le terrorisme est un affront aux valeurs communes inscrites dans la charte des Nations Unies et dans la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen. C’est à juste titre qu’il devra être combattu partout où il sévit », a déclaré le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

La liberté d’expression, une valeur fondamentale…

Le Président en exercice du G5 Sahel a estimé que les médias ont une importante partition à jouer. « Outils de sensibilisation, de formation et de conscientisation, les médias véhiculent au quotidien nos valeurs et nos espoirs. Les hommes et les femmes de médias, publics ou privés, doivent se convaincre des exigences de la communication de crise et en faire leur crédo », a-t-il dit.

La liberté d’expression sera favorisée, car poursuit le Chef de l’Etat, « la liberté d’expression est une valeur fondamentale qui ne doit jamais être mise en péril », étant un pilier de la démocratie et de l’Etat de droit à renforcer et à élargir, et étant donné que le pouvoir des médias s’exerce au bénéfice de la nation entière.

Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso – DR

A l’écouter, les médias émergents élargissent le cercle de la parole et offrent plus de liberté à l’utilisateur, qui est en même temps un générateur de contenus. « Mais, cette décentralisation dans la production des contenus médiatiques profite également aux mouvements terroristes », a-t-il affirmé.

« Ne touche pas à notre Burkina » !

Pour le Président du Faso, il est impérieux que les médias traditionnels redoublent d’efforts pour relever les défis de la crédibilité, du professionnalisme et de la responsabilité. Il a saisi l’occasion pour inviter les hommes de médias à faire des pays de la sous-région un havre de paix.

Les dires du président du GEPPAO, Venance Konan, rejoignent ceux du Chef de l’Etat burkinabè. « Nous disons à ces terroristes qu’ils ont déjà perdu car nous, hommes et femmes de médias, hommes et femmes de bonne volonté tout court, ne nous laisserons pas arracher notre liberté d’expression et de presse si chèrement acquise. Nous sommes là pour dire « ne touche pas à notre Burkina. Nous sommes tous Burkina », a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, le président de la commission de l’UEMOA, Abdoullah Boureima, a estimé que le thème du GEPPAO témoigne de la place stratégique des médias dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme. « Ce forum représente pour nous, pays sahéliens, une opportunité de nous rapprocher, de discuter et de partager nos expériences afin de trouver des solutions à la crise sécuritaire », a-t-il expliqué.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *