Burkina-Chine : Du « turbo pour le futur »

1317 0

C’était « une question d’être en harmonie » avec soi-même dans les instances internationales que de renouer avec la République populaire de Chine. Depuis l’annonce de la reprise avec Pékin, tout roule comme sur des roulettes. Enfin. Presque comme… Le nouvel allié stratégique vient de tenir une des promesses faites par son ministre des affaires étrangères lors de son passage à Ouagadougou. Dix véhicules dont huit Salivana C Turbo et deux pickups Tunland de la marque Foton Motors ont été réceptionnés par le patron de la diplomatie burkinabè.

Ce don de véhicules au « partenaire le plus stratégiquement important” (ministère des affaires étrangères), a tenu à  rappeler l’ambassadeur Li Jian, est un « engagement pris » par le conseiller d’Etat et ministre des affaires étrangères Wang Yi lors de sa première visite le 4 janvier 2019. Soit un peu plus de six mois après la reprise des relations diplomatiques.

Le diplomate chinois, tout sourire, ne cachait pas sa joie après la remise officielle qui vient ainsi « concrétiser cet engagement avec ces très beaux véhicules qui sont réellement là-bas ».

La réception est faite. Le bénéficiaire au volant et le donateur côté passager ont embarqué à bord d’une des huit Salivana. « C’est la preuve de la parole donnée, constate de son côté le ministre des affaires étrangères, Alpha Barry. Depuis le rétablissement des relations entre nos deux pays, c’est ce que nous constatons. Ce qui est annoncé est fait. Que ce soit pour les projets de développement comme pour ces dons ».

“C’est la preuve de la parole donnée (…) Ce qui est annoncé est fait”, Alpha Barry, ministres des affaires étrangères.

Du « turbo pour le futur » des relations bilatérales

Li Jian a un souhait. Que les promesses tenues et celles qui sont en passe de l’être puissent venir aider à « consolider [la] confiance mutuelle » et surtout « donner beaucoup plus de puissance » dans les relations entre les deux pays. « Le turbo pour notre futur », caricature le diplomate.  

Pékin est en effet contrarié par le blocage intervenu à la suite d’une opposition de citoyens à la construction du centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso sur le site choisi sur une partie de la forêt de Kua. La page est tournée depuis quelques semaines en attendant les résultats de l’étude d’impact environnemental que le gouvernement a été contraint de commanditer en dernier ressort.

Il ne sera pas fait ombrage assez longtemps sur la visibilité des annonces de Pékin. Samedi 15 juin 2019, c’est le chef de l’Etat lui-même qui a fait le déplacement de la commune de Sandogo dans la province du Kourwéogo. Suffisamment symbolique pour être souligné par le chef de la diplomatie.

« Je salue tous ces gestes importants. Il y a quelques jours, c’étaient les écoles sous paillotes qui doivent être reconstruites. C’est un geste très important. Là aujourd’hui ce sont des véhicules », a déclaré Alpha Barry. Lui aussi voit dans ces véhicules « un turbo » dans les relations d’amitié et de coopération. Un coup de pouce qui permettra « d’aller en avant ». Loin des ratés (médiatiques) des semaines écoulées.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Il y a 1 commentaire

  1. On veut pas l’impérialisme matériel chez nous ce qui manque ses la maintenasse dans 2ans vous verrait ses voitures tous garé dans les garage et l’état vas paye ses credit
    X

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre