Soutenance

Stigmatisation : Le combat de la Reine Akoandambou au cœur d’une soutenance à l’ISTIC

387 0

Exclue du recrutement des instituteurs adjoints certifiés pour faute de son handicap, Marie Reine Akoandambou fait de la stigmatisation son cheval de bataille. Dans le cadre des soutenances des productions de fin de formation à l’Institut supérieur de la technologie de l’information et de communication (ISTIC), l’étudiant de niveau II, Diassibo Woba, a réalisé un portrait dans un documentaire de 26 minutes de cette combattante contre la marginalisation des personnes vivant avec un handicap.

Marie Reine Akoandambou est une personne vivant avec un handicap. Etant admise au concours de recrutement des instituteurs adjoints certifiés (IAC), elle s’est vu exclue à la dernière minute à cause de son handicap. Depuis lors, elle s’est donnée comme point de mire de lutter contre la stigmatisation.

Pour Diassibo Woba, étudiant en fin de formation au niveau II à l’Institut supérieur de la technologie de l’information et de communication (ISTIC), cela est inadmissible pour une personne qui n’a pas l’usage total de ses membres inférieurs alors que c’est le savoir qui est demandé.

Il a rappelé que c’est à l’âge de 10 ans qu’il a été touché par le passage de Reine Akoandambou à une émission de la télévision nationale expliquant son rejet après avoir été admise au concours de la fonction publique, à cause de son handicap.

C’est ainsi que dans le cadre des soutenances des productions de fin de formation Diassibo Woba s’est intéressé à Reine Akoandambou. Il a présenté, ce mercredi 26 juin 2019, une production télévisuelle de 26 minutes, dénommée « Marie Claire Akoandambou, une reine dans l’arène », retraçant son enfance, ses actions et activités, son parcours parsemé d’obstacles, son combat contre l’inclusion des personnes vivant avec un handicap et sa carrière musicale.

Lire également 👉Handitalent 2019 dit « non aux mines antipersonnelles »

L’œuvre a été passée au peigne fin par le président du jury, Yirmalè Frédéric Somé, du directeur de production, Yacouba Traoré, du suffragant, Sanfo Salif et sanctionné par la note de 18/20.

L’actrice principale de l’œuvre, Reine Akoandambou, a affirmé avoir été touchée après avoir visionné le film. « C’est un honneur pour moi. Je n’ai pas pu retenir mes larmes. Je souhaite que ça soit un déclic pour sa carrière (Diassibo Woba) et que ce documentaire soit vu par un grand public. Que toute personne qui vit avec un handicap ne se couvre pas du handicap et dire qu’elle est limitée. Derrière un handicap, il y a une force à mettre en valeur afin d’être utile pour soi-même et pour les autres », a indiqué Reine Akoandambou.

Pour elle, cette œuvre prône l’inclusion. « Je pense que si cette œuvre est diffusée au grand public, beaucoup de mentalités vont changer, d’abord au niveau de la personne vivant avec un handicap, de  son entourage et des décideurs », a-t-elle estimé.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre