Saanbé A Joslin Somé : « Si seulement je savais »

379 0

La littérature burkinabè s’enrichit d’un nouveau roman. Le jeune écrivain Saanbé A Joslin Somé (qui a réussi à son examen de baccalauréat le 1er juillet 2019) vient de mettre sur le marché un roman, intitulé, « si seulement je savais ». Dans ce livre, l’auteur montre encore une fois que l’orgueil et la fierté n’ont pas leur place en matière d’amour.

« Joséphine est la personne qui m’avait causé le plus de mal, mais qui en même temps m’avait donné le plus de joie. Je l’aimais, et je l’aime toujours, mais il est trop tard maintenant », regrette Alpha, l’un des personnages principaux. D’où le titre du livre « Si seulement je savais ».

Alpha et Joséphine, deux jeunes lycéens, sans doute destinés l’un pour l’autre, s’aimaient d’un réel amour. Mais « l’orgueil et la fierté » d’Alpha, fou amoureux, l’empêchaient de pardonner les « comportements et réactions versatiles » de sa bien –aimée.

Les personnages principaux à travers des chapitres alternés prennent successivement la parole pour l’explication de leur posture dans le jeu de rôle qui se joue entre eux ou plus précisément entre leurs sentiments. Au « si seulement je savais » d’un jeune homme exprimé à intelligible voix résonne un autre « si seulement je savais » d’une jeune fille, et même de toute une famille, subitement frappée par le diagnostic d’une maladie incurable au stade terminal.

Sannnbé A Somé fait revivre l’expression d’un regret d’acte manqué, de déconfiture face à une situation qui ne peut plus être rattrapée.

Une place de choix est faite à la poésie dans ce roman. Elle est pour lui « une catharsis pour la douleur » qui écrase à chaque instant le héros au lieu de le faire basculer dans des addictions aux fins inéluctablement dangereuses. L’auteur plonge le lecteur dans son œuvre pour lui faire vivre des sensations très fortes à travers les différents personnages.

L’auteur est entièrement anglophone lorsqu’il rentra au Burkina Faso avec ses parents en fin de mission aux Etats-Unis d’Amérique. Passionné d’écriture, il a su très vite remonter la raide pente de l’apprentissage de la langue française.

Elève en classe de Terminale D (il a réussi à décrocher le premier diplôme universitaire le 1er juillet 2019), Saanbé A Joslin Somé a la conviction que « tout est possible et tout obstacle maitrisable pourvu qu’on y mette l’effort, la volonté, l’imagination et la concentration nécessaires ».

Amsétou OUEDRAOGO (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre