Largage des moustiques “OGM” au Burkina : «Tout a été fait dans le respect de la santé des populations  » (Dandjinou)

542 0

Le conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 3 juillet 2019 en session ordinaire sous la présidence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Plusieurs points dont celui des agents de la santé étaient à l’ordre du jour.

Moustiques “OGM”

« Tout a été fait dans le respect de la santé des populations », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou sur la question des moustiques génétiquement modifiés qui auraient été lâchés.

En lançant un appel à « ne pas être des vecteurs de craintes inutiles », le porte-parole du gouvernement, sans donner plus de détail sur les raisons, a déclaré : «je pense que ça  a été fait ».

Grève des agents de la santé

Également abordée après ce conseil des ministres, la question des agents de santé. Sur ce sujet, la ministre de la santé Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho a pris comme exemple une réunion tenue le 27 juin 2019 avec les différents partenaires sociaux. Ladite réunion était une rencontre explicative avec les différents syndicats sur l’état d’avancement des protocoles d’accord.

Elle s’est voulue également rassurante en ce qui concerne le travail du gouvernement sur la question. « Les protocoles d’accord que le gouvernement a signé avec ses partenaires est un passif à apurer et le gouvernement travaille à l’apurer. Nous avons des propositions et lorsque tout sera fin prêt, nous allons les apporter au gouvernement et il va donner des orientations », a indiqué la ministre de la santé, Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho.

Un rappel a été également fait par la ministre sur les différents syndicats du ministère. Et avec 6 syndicats au sein du même ministère, Pr Léonie Claudine Lougué/Sorgho indique que « le syndicat des pharmaciens n’est pas rentré en grève ». Elle souligne cependant que ce n’est pas par manque de revendication. « Ce n’est pas parce qu’on ne crie pas qu’on n’a pas soif », a t-elle martelé.

Examens scolaires

En rapport avec les sessions de rattrapages pour les établissements qui ont vu le cursus scolaire bouleversé mais qui ont cependant un niveau minimum de cours administré, le ministre de la communication a informé qu’une stratégie a été présentée par son collègue de l’éducation nationale.

« Elle va permettre de prendre en compte des cours supplémentaires afin que les élèves issus de ces établissements passent tous les examens spéciaux. Ça va toucher plus de 2.000 élèves », a-t-il indiqué. Rien n’a été dit sur la stratégie en question par le ministre, arguant le fait que cela touche certains aspects sécuritaires.

Train de vie de l’Etat

La réduction du train de vie de l’Etat est également revenue dans les discussions avec la presse. « Certaines mesures ont commencé à être mises en œuvre et d’autres sont en examen », explique le ministre de la communication. Au total, 14 mesures sont à mettre en œuvre pour une réduction conséquente du train de vie de l’Etat.

L’amélioration du débit des connexions Internet et la réduction de la barrière tarifaire ont été actée par le conseil des ministres du jour. A cet effet, le porte-parole du gouvernement indique que plus de 200 milliards de F CFA seront investis. Un schéma directeur a donc été adopté pour une durée de dix ans.

Basile SAMA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre