Fonds d'appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF)

Bilan à mi-parcours du FAARF : Plus de 4 milliards de F CFA octroyés aux femmes

147 0

Le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) a fait une halte pour faire un bilan à mi-parcours, ce jeudi 4 juillet 2019 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre était d’établir le bilan de ce qui a été réalisé de janvier à juin et de s’outiller pour l’atteinte des objectifs d’ici la fin d’année.

Le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) est la structure nationale chargée d’octroyer des crédits pour l’autonomisation financière des femmes à travers des activités génératrices de revenus. La direction générale du FAARF et les services déconcentrés ont organisé un atelier bilan à mi-parcours, ce jeudi 4 juillet 2019 à Ouagadougou.

« Ce bilan à mi-parcours est important pour notre structure car cela permet d’établir ce que nous avons fait de janvier à juin et de mieux préparer de meilleures stratégies pour atteindre nos objectifs d’ici décembre 2019 », a expliqué la directrice générale du FAARF, Dorcas Tiendrébéogo.

La direction générale du FAARF et les services déconcentrés ont organisé un atelier bilan à mi-parcours

A l’écouter, en 2019, il était prévu d’octroyer 10,5 milliards de FCFA à 165 000 femmes au Burkina Faso. Au 30 juin 2019, ce sont plus de 4 milliards de FCFA accordés à la gent féminine avec un montant recouvré de plus 6 milliards de FCFA. Par ailleurs, le FAARF exécute d’autres programmes notamment le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) et la composante 4 du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL).

Concernant le PAEJF, selon Dorcas Tiendrébéogo, avec un montant total de 1,6 milliards de FCFA à octroyer, ce sont 1, 475 milliard de FCFA accordés. Au niveau du PADEL, de janvier à juin, c’est plus de 117 millions de FCFA qui ont été octroyés dans les 6 communes de la région du Centre.

En termes de perspectives pour les 6 mois à venir, la première responsable du FAARF, a fait savoir qu’il s’agit de travailler avec les animatrices à aider les femmes dans le montage des dossiers. « Si vous êtes femme non salariée du public, ni du privé, ni étudiante, ni élève et que vous avez une activité génératrice de revenue, vous pouvez nous approcher. Nous nous ferons le plaisir de vous octroyer un crédit pour votre activité », a lancé Dorcas Tiendrébéogo.

En rappel, le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) est sous la tutelle technique du ministère en charge de la femme.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre