Largage des moustiques OGM : Target Malaria s’explique

1569 0

Target Malaria, un projet de recherche sur le paludisme afin de l’éradique. A l’origine du largage des moustiques mâles stériles génétiquement modifiés, le projet multiplie les recherches et les expériences pour arriver à son objectif, celui d’un « monde exempt de paludisme ».

Avec 672 espèces différentes de moustiques présentes en Afrique, les moustiques sont l’une des sources de maladies les plus ravageuses de nos jours en Afrique. Les chiffres sont assez parlants au Burkina Faso. Le pays a comptabilisé en 2016, plus de 8 millions de cas de paludisme. Un chiffre qui représente environ 7% des cas dans le monde.

Parti de ce constat, l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) a entrepris des recherches pour venir à bout de la maladie ou à défaut, la réduire considérablement. C’est ainsi que des études sur des vaccins, sur les moustiques génétiquement modifiés et sur des nouvelles formulations d’insecticides et de médicaments ont été entreprises.

Lire 👉 Moustiques “OGM” : La COPAGEN et le CCAE décrient le « passage en force »

Toujours allant dans ce sens, un projet dénommé Target Malaria a vu le jours. Son but est de « développer et partager des technologies génétiques nouvelles, durables et économiques visant à modifier les moustiques vecteurs de paludisme afin de réduire la transmission de la maladie ». Une approche qui s’appuie sur les progrès dans le domaine de la recherche scientifique et de l’innovation.

Présent depuis 2012 au Burkina Faso, Target Malaria est axé sur trois principaux points. Il s’agit de la recherche scientifique, l’engagement des parties prenantes et la réglementation. Des méthodes que le gouvernement par la voix du ministre de la communication estime ‘respectueuse‘ de la santé des populations. Ce qui explique le largage des moustiques en début juillet 2019 dans le village de Bana.

Lire 👉 Largage des moustiques “OGM” au Burkina : «Tout a été fait dans le respect de la santé des populations  » (Dandjinou)

Un largage autorisé et contrôlé « apparemment » comme l’indique une note de Target Malaria qui est parvenue à Burkina 24, le jeudi 4 juillet 2019. « Il s’agit de l’Arrêté N°2018 453 ̷ MESRSI ̷ SG ̷ ANB du 10 août 2018 portant autorisation de dissémination contrôlée de moustiques mâles stériles génétiquement modifiés dans le village de Bana. Le mâle stérile est un moustique anophèles modifié qui lorsqu’il s’accouple avec une femelle sauvage, les œufs obtenus de l’accouplement n’arrivent pas à maturité et donc ne sont pas viables », explique la note

« Un lâcher de moustique à petite échelle » qui fait suite à des tests en milieu confinés. En rappel, beaucoup d’organisation environnementales se sont opposées au largage des moustiques. D’autres ont promis de saisir les juridictions compétentes. Elles auraient des doutes sur le non-respect des dispositions relatives à l’évaluation des risques.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *