Rue Sankara Inoussa à Karpala : “Nous pouvons plus dire un mot”

404 0

En cette saison pluvieuse, rejoindre son domicile ou son service à Karpala, à Ouagadougou, n’est pas chose facile. La rue qui mène à ce quartier du secteur 30 est dans un piteux état et les habitants s’en remettent aux autorités. La pluie de ce jeudi 4 juillet 2019 est la preuve parmi tant d’autres que la situation mérite d’être examinée.

La principale voie menant au quartier Karpala de la ville de Ouagadougou devient quasi impraticable en ces temps de pluie. Pour cause, son mauvais état et cela depuis toujours. La rue Sankara Inoussa est comme « délaissée » selon la population.

Pour les riverains, cette situation est plus que désagréable et ils lancent un appel aux autorités afin qu’elles se penchent sur leur cas. Ablassé Guigma habite dans ce quartier depuis plus de 30 ans et à force d’attendre un aménagement de la route, il a fini par se résilier. « Ça vaut deux années maintenant que le maire et les entrepreneurs sont venus faire des études nous disant que c’est pour construire une route bitumée. Mais depuis là, nous n’avons rien vu », indique-t-il.

Mais l’état de la route inquiète encore plus une autre catégorie de personnes. Mohamed Sedogo passe par cette route au moins deux fois par jour et affirme être sans mots pour qualifier l’état de cette route. « Concernant cette route, nous pouvons plus dire un mot. Nous avons beaucoup parlé mais jusqu’à présent rien n’est fait. », dit-il.

La partie goudronnée

Manque de caniveaux ou incivisme des populations, le constat est tout aussi amer que celui de la partie non bitumée. A peine 1 heure 30 minutes de pluie et les domiciles sont déjà inondées d’eau. Aux abords de la voie, est heureux celui qui a su relever la devanture de sa boutique. On s’attèle ainsi à évacuer l’eau qui s’est incrustée pour ne pas avoir encore plus de dégâts.

Pourtant, les caniveaux existent mais semble ne pas faire leur travail. La raison de cette situation s’expliquerait selon un habitant par le non-respect des consignes. « Les boutiquiers ont construit sur les caniveaux et il n’y a pas d’endroits où l’eau peut passer. Dans ce cas, elle va rentrer dans les concessions ou les boutiques », s’exprime-t-il. Une question s’impose alors. Comment faire pour curer les caniveaux? Visiblement, la question préoccupe peu et cela n’est donc pas prêt d’être stopper.

Rien n’est-il vraiment fait concernant cette rue?

Interrogé sur la question, la mairie de Karpala par la voix de son directeur technique à la voirie, Kader Ouédraogo, affirme avoir des projets de construction de routes prenant en compte la rue Sankara Inoussa.   « Actuellement nous venons de finir la phase d’étude environnementale et la construction proprement dite va débuter incessamment », explique-t-il.

En attendant un regard des autorités, les populations riveraines sont de ceux qui voient la pluie comme une source de problèmes et non comme une bénédiction pour d’autres. En rappel, des manifestions ont été organisées pour demander l’aménagement des routes mais visiblement, « rien n’est fait et rien n’est près d’être fait ».

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre