Hauts-Bassins : 521 « femmes mentors » pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant

89 0

Impliquer les citoyens du Burkina dans la mise en œuvre effective de la politique sanitaire dans la région des Hauts-Bassins, c’est la mission que s’est donnée l’Organisation pour le droit à la santé (ODSAD) en collaboration avec les ONG Help et Action gouvernance intégration renforcement (Agir). Ce dispositif de veille communautaire qui vise l’Assurance maladie universelle a été officiellement lancé le jeudi 4 juillet 2019 à Bobo-Dioulasso.

L’organisation pour le droit à la santé (ODSAD) en partenariat avec les ONG Help et Action gouvernance intégration renforcement (Agir) ont formé un consortium pour mieux développer l’accès au service sanitaire dans la région des Hauts-Bassins. Dénommé « Projet de promotion des droits à la santé de la mère et de l’enfant dans les Hauts-Bassins », ce dispositif de veille communautaire a été étalé par le Directeur des programmes de l’ODSAD Boubié Ido.

« Dans chaque village, il y a une femme mentor qui est chargée de recueillir des informations sur le dysfonctionnement des services de santé pour les transmettre au Point focal. Le Point focal aussi donne l’information aux cellules de veille, qui à leur tour, prennent des démarches des mesures correctrices pour réparer le dysfonctionnement dans le service de santé concerné», explique-t-il. « Dès que l’information arrive à notre niveau, nous faisons un suivi jusqu’à ce que le problème soit résolu », ajoute-t-il.

Pourquoi les femmes ?

A en croire Boubié Ido, le choix des femmes s’explique par le fait que celles –ci sont au cœur des services de santé et accompagnent des patients de toutes les couches sociales. Surtout, « lorsqu’une femme rencontre un problème, il lui est plus facile d’en parler à une autre femme plutôt qu’à un homme », conclut-il.
Dans le cadre de ce projet, c’est 521 « Femmes mentors » qui ont été responsabilisées selon des critères bien définis. La femme mentor est une femme apolitique qui n’a pas de lien avec la gestion des services de santé et qui fait l’unanimité dans son village. Tandis que la Cellule de veille est constituée d’OSC. Les points focaux quant à eux sont des relais du dispositif au niveau des communes rurales et les arrondissements des communes urbaines de la région.

Le projet qui a été également lancé dans les communes de Houndé et de Orodara peut compter sur l’accompagnement des autorités. Car, « en tant que bénéficiaire au droit à la santé, cela nous interpelle tous. Et ce d’autant plus que le Burkina Faso s’est engagé vers la croissance à travers le droit à la santé », rassure le Haut-Commissaire de la province du Houet, Lamine Soulama.

Le consortium prône aussi l’adoption de textes visant la gratuité des soins Antirétroviraux.

Aminata SANOU
Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre