Réinsertion sociale des radiés : « Un grand soulagement »

444 0

Le mercredi  3 juillet 2019, le gouvernement burkinabè a donné son quitus au Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) pour mettre en œuvre, avec les ministres en charge du dossier, l’accord trouvé avec les militaires et policiers radiés de 2011.

Une demande exceptionnelle de pardon officielle et collective aux victimes et au peuple burkinabè par les militaires et policiers radiés, une clémence exceptionnelle, accordée par l’Etat, le reversement des militaires et la réintégration des fonctionnaires de Police à la Fonction publique. Ceux-ci bénéficieront d’un reclassement selon l’ancienneté de service et pourront être affectés dans les départements ministériels et institutions autres que le ministère de la sécurité et celui de la défense.

Aussi, l’octroi d’une « aide à la réinsertion sociale» pour les militaires radiés, destinée à soutenir la création d’activités rémunératrices, et l’octroi d’une « indemnité spéciale d’aide à la reconversion » pour ceux qui, bénéficiaires de la mesure de reversement à la fonction publique, ne souhaiteraient plus servir dans l’Administration, destinée à soutenir leurs projets personnels.

Tels sont les points d’accords entre les militaires et fonctionnaires de Police radiés suite aux mutineries de 2011. En donnant son accord pour la mise en œuvre de cette feuille de route, selon Hervé Tapsoba, ex-soldat radié en 2011, le gouvernement a fait œuvre utile. Dans cette vidéo qui suit, Hervé Tapsoba, ancien porte-parole des militaires radiés s’exprime.

Vidéo – « Ce n’est pas une victoire, mais c’est une grande avancée »

Burkina 24

Le Président du Faso, Roch Kaboré a, à travers un message diffusé le 4 juillet 2019, appelé les Burkinabè à plus « de justice, de pardon, de tolérance et d’intégrité ». 

« Dès mon accession à la magistrature suprême de notre pays, j’ai mis la réconciliation nationale au centre de mes actions. Il est primordial de réparer les torts, de calmer les douleurs et de résoudre les incompréhensions pour qu’ensemble, les Burkinabè se pardonnent et se donnent la main pour construire une Nation forte », a-t-il écrit.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre