La VAR à la CAN 2019: Le consultant West Julien Tiendrébéogo entre espoirs et craintes

71 0

La Confédération africaine de football (CAF) a décidé d’introduire la VAR à partir des quarts de finale de la Coupe d’Afrique 2019. L’utilisation de l’assistance vidéo suscite des espoirs et des craintes de la part de Julien Tiendrébéogo. Dans cette tribune, le consultant sportif espère que la VAR va apporter plus d’équité pour la suite.

C’est donc en quart de finale de la CAN 2019 que le VAR fera son entrée. Si jusque-là l’arbitrage est globalement satisfaisant, on peut relever cependant quelques erreurs. A titre d’exemple, les Léopards de la RDC éliminés par Madagascar (2-2 ; 2-4 tab) accusent l’arbitrage d’être la cause de leur élimination.

Le capitaine Youssoufou Mouloubou estime que le second but malgache est entaché d’une position avancée et que son camarade Bolasié aurait pu également bénéficier d’un penalty. Le match qui a opposé le Bénin au Maroc (1-1 ; 4-1 tab) a été entaché de beaucoup d’irrégularités en défaveur des écureuils qui auraient pu crier scandale s’ils avaient échoué à la qualification.

“Son utilisation en finales des compétitions africaines des clubs a été décriée”

Les Ghana qui a croisé les crampons contre la Tunisie (1-1 ; 5-4 tab) se nourrit de frustrations. En effet, un but clair d’André Ayew a été refusé pour une main imaginaire de Partey. Une décision qui aurait pu changer le destin du match. Ces quelques erreurs peuvent être comptabilisées sur le compte de « l’humain » car en vitesse réelle on peut concéder aisément que les arbitres ne puissent pas jouir de tout jugement objectif.

L’inquiétude qu’on se pose avec l’arrivée du VAR alors qu’il ne reste que huit matchs, se situe au niveau de la maîtrise de la technologie par les arbitres africains. Déjà utilisé pendant le CHAN 2018, son utilisation en finales des compétitions africaines des clubs a été décriée. Elle n’a pas fonctionné, par exemple, lors de la finale retour de la Ligue des champions entre l’Espérance sportive de Tunis et le Wydad de Casablanca.

“Inquiétude est fondée sur l’enjeu des matchs”

Ce qui avait conduit à l’arrêt du match à la 62e minute. Pour le CHAN, le VAR a été expérimentée à partir de la phase à élimination directe. On était en plein droit de voir la technologie entrer en vigueur dès les matchs de groupes afin d’assurer beaucoup plus d’objectivité dans le jugement arbitral.

La  CAF pour se donner les chances de réussite de la technologie a formé 32 arbitres. Malgré tout, l’inquiétude se persiste sur son opérationnalité. Cette inquiétude est fondée sur l’enjeu des matchs restant avec son lot de pression. Il faudrait éviter que la CAN ne vive les exemples de ratés du passé.

Le constat aussi, est que la CAN est en retard sur cette réforme si on se réfère à la Copa America, à l’Euro, aux mondiaux féminin et masculin. Maintenant que la technologie sera mise au service du corps arbitral, on est en droit d’espérer moins d’erreurs. Mais le tout reste dans l’appréciation et l’interprétation de l’humain. Vivement que le VAR apporte plus de solutions !

West Julien TIENDREBEOGO

Consultant Sportif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre