Bassin de la Volta : Vers l’adoption de la charte de l’eau

312 0

Encore un pas à faire par les représentants du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali et du Togo pour parvenir à faire adopter par les chefs d’Etats et les parlements de ces six pays la Charte de l’eau de l’Autorité du bassin de la Volta (ABV). Ils sont réunis pour la circonstance dans la capitale burkinabè jusqu’au 13 juillet 2019.

En ralliant Ouagadougou en provenance d’Accra, de Bamako, de Lomé, de Cotonou et de Yamoussokro, ils démontrent ainsi leur volonté de « coopérer pour une gestion intégrée, concertée et paisible des immenses potentiels de développement dont regorge le bassin de la Volta ».

Les représentants des ministères de l’eau de ces pays ont soixante douze heures à partir de ce jeudi 11 juillet 2019 pour examiner, amender puis valider le projet de trois annexes (protocole de partage des données et d’informations entre les Etats, la notification des mesures projetées et les attributions, la composition des organes) de la charte de l’eau.

Ils marquent ainsi une halte pour éplucher les documents de travail soumis à eux par l’ABV à l’issue d’un processus « long, participatif et véritablement inclusif » de cet outil juridique, réglementaire, institutionnel et technique de référence qui va désormais régir la gouvernance de l’eau dans le bassin.

De l’ABV, il est attendu qu’elle aide à « promouvoir une concertation permanente et un développement durable pour un partage équitable des bénéfices en vue de la réduction de la pauvreté et d’une meilleure intégration socio-économique » dans cette partie de la sous-région ouest-africaine.

Yaovi Robert Dessouassi, directeur exécutif de l’autorité du bassin de la Volta, entend bien parvenir à faire adopter les trois annexes sur le total de douze qui font l’objet de la présente rencontre de Ouagadougou. « Nos Etats sont réellement décidés à coopérer dans le partage des ressources dont regorge notre bassin. C’est un bassin partagé. Notre fleuve Volta avec, ses affluents et sous affluents, a un caractère international. En tant que tel, un Etat ne peut pas se lever faire ce qu’il veut dans sa portion nationale sans concerter son voisin de Haut (amont), son voisin de Bas (aval) », explique-t-il.

C’est cet esprit qui, poursuit-t-il, a animé les Etats qui ont le 19 janvier 2007 porté sur les fonts baptismaux, l’autorité du bassin de la Volta suivi le 14 août 2009 de son entrée en vigueur. Tous étant décidés à aller dans le même sens du développement.

Vers l’adoption de la charte 

Serges Traoré, directeur général des ressources en eau, est chargé de gérer la coopération avec les organes de l’autorité du bassin de la Volta pour le compte de l’Etat burkinabè. Il ne se fera pas compter le résultat des débats autour des textes qui incitent les Etats à gérer de façon concertée les ressources en eau partagées.

La position géographique du Burkina (un pays  en tête de bassin, c’est-à-dire en amont) le lui commande. « L’eau de chez nous part chez les autres mais l’eau qui est chez les autres ne vient pas chez nous. Alors que lorsque vous voulez réaliser un ouvrage, on vous dit de déterminer l’impact chez les autres. Autant on doit tenir compte des autres, autant on doit tenir compte du Burkina, un pays qui n’a pas de débouchés sur la mer, un pays sahélien où la pluviométrie n’est pas si abondante que cela », défend-t-il.

En attendant l’adoption des textes, tout se passe plutôt bien. Le directeur exécutif de l’autorité du bassin de la Volta citera en guise d’exemple le projet de l’Autorité de mise en valeur de la Vallée du Sourou (AMVS). Dans le cadre de celui-ci, le Burkina veut mettre en place 6 000 hectares de spéculations. « Le Burkina l’a notifié à l’ABV. L’ABV a informé les autres Etats qui ont analysé le dossier et donné leur avis de non-objection », rapporte Yaovi Robert Dessouassi.

Le directeur exécutif de l’ABV y a perçu l’esprit de la coopération qui a prévalu à la création de l’institution. Il se félicite de ce que « tout sera balisé (et que) chacun saura où se situent ses droits, jusqu’où il peut aller sans énerver, sans provoquer l’autre qui est à côté de lui » à l’issue de l’adoption de la charte par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement et sa ratification par les parlements de chacun des six pays membres de l’ABV.

Tous mus par leur volonté  commune de « pouvoir gérer ces ressources de façon équitable, durable pour éviter des conflits », les participants à l’atelier de Ouagadougou ont trois jours pour déceler les éléments qui peuvent constituer un handicap à la réalisation de projets majeurs pour le bénéfice des populations installées tout le long de l’Autorité du bassin de la Volta.

Oui KOETA

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre