« Ma thèse en 180 secondes » : Vincent Zoma, champion du Burkina Faso

196 0

La finale de la 4e édition de « Ma thèse en 180 secondes », concours international co-organisé par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et ses partenaires, s’est tenue le 11 juillet 2019, à Ouagadougou. Il s’agit d’un concours d’art oratoire du niveau doctoral. Au terme des passages uniques des candidats, Vincent Zoma s’est vu couronner champion du Burkina Faso avec une note nettement supérieure à la moyenne.  

« Ma thèse en 180 secondes » est un  concours d’excellence d’art oratoire et de communication scientifique qui vise, non seulement à renforcer les compétences des doctorants, mais aussi à les mettre dans un vaste réseau de chercheurs, a indiqué le Directeur de Campus Numérique de l’Espace Universitaire de la Francophonie (CNEUF) de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Théophile Ouangraoua. Cette initiative du CNEUF, selon lui, qui est à sa quatrième édition au Burkina Faso, suscite beaucoup d’intérêt pour les jeunes doctorants qui y trouvent une aubaine de réseautage.

Aussi, ce concours contribue à promouvoir les résultats de la recherche dans l’espace francophone.

Pour commencer, un appel à candidatures a été lancé suivi d’une formation en début juillet 2019 pour présélectionner les sept (7) meilleurs orateurs pour la phase finale.

La finale nationale 2019 au Burkina Faso a mobilisé l’AUF et ses partenaires dont l’Université Joseph KI-ZERBO, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) avec l’accompagnement de Orange et de DHL Burkina.

Le Directeur de Campus Numérique de l’Espace Universitaire de la Francophonie (CNEUF) de l’Université Joseph Ki-Zerbo, Théophile Ouangraoua

 

 

Selon la présidente du jury de cinq (5) membres, le professeur Yvonne Bonzi née Coulibaly, son équipe a noté les candidats sur la base de quatre (4) critères essentiels.

Il s’agit de la prestance, du diaporama du texte, la structuration de l’exposé et le temps imparti des 180 secondes que le candidat dispose pour convaincre.

C’est à l’issue d’une rude compétition, a laissé entendre le jury, que Vincent Zoma a gravi la plus haute marche. Il succède à Géneviève Zabré, championne de « Ma thèse en 180 secondes », l’année dernière.

© CNEUF

Le nouveau champion est un docteur. Il a obtenu la note de 67 sur 100, à l’issue des prestations individuelles uniques.

Il a soutenu sa thèse à l’Université Joseph Ki-Zerbo sur le thème  : “Transport et intégration régionale dans l’espace UEMOA”.

 « L’UEMOA est citée comme le meilleur exemple en matière d’intégration régionale. Mais,  c’est en théorie. Ma thèse démontre que lorsque vous traversez les frontières et que vous n’êtes pas de la même nationalité, c’est véritablement des rackets. Pourtant, les Etats ont ratifié les accords régionaux.

A l’instar de l’espace Schengen, si vous êtes membre d’un espace d’intégration, vous devez pouvoir circuler librement. Ce qui n’est pas une réalité dans notre espace et ma thèse montre véritablement que le nœud du problème se trouve au niveau politique.

Parce que ce sont les autorités politiques qui ont ratifié ces textes et il leur incombe de pouvoir veiller à leur application. Si ce n’est donc pas appliqué, rien ne sert de les adopter alors que les populations subissent toujours des tracasseries »

Vincent Zoma

Malgré son sacre, il dit n’avoir pas eu du temps pour se préparer. Son mérite est un coup de grâce, fait-il comprendre.

Il remporte un trophée, un chèque de 400 000 FCFA offert par l’AUF, un chèque de 100 000 FCFA offert par DHL, un billet d’avion Ouaga-Dakar et une prise en charge complète pour son sejour lors de la finale internationale à Dakar en septembre 2019.

Les candidats ont fait usé de leurs talents pour intéresser le public

Le deuxième prix est revenu à Ndjentchieu Yossa Laetitia Marelle, doctorante au 2IE avec pour thème de thèse : “Production, récupération et régénération de charbon actif à base de biomasse lignocellulosique après traitement des eaux usées”. Elle a eu droit à un chèque de 250 000 FCFA offert par l’AUF et un chèque de 50 000 F offert par DHL. Elle empoche aussi le Prix du public avec un chèque de 200 000 FCFA offert par l’AUF.

Le troisième, Aristide Nikiéma,  boucle la mise avec un chèque de 100 000 Fcfa offert par l’AUF et un autre  de 50 000 F offert par DHL. Il a défendu sa thèse sur “sensibilisation du dioxyde de titane (TiO2) par la phtalocyanine d’or (AuPc) pour la dégradation des polluants inorganiques contenus dans l’eau : Plomb, Arsenic, Chrome”.

Les lauréats ont reçu également un kit offert par Orange Burkina composé d’un smartphone, un appareil Bluetooth, une casquette, un casque de sécurité et un lot de tee-shirt.

Il est à rappeler que deux lauréats de l’année dernière ont livré également un pitch au bonheur du public présent.

Saga SAWADOGO 

Pour Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre