Burkina : Majorité et Opposition à la table du dialogue

194 0

Le dialogue politique entre l’opposition et la majorité a débuté ce 15 juillet 2019 à Ouagadougou. 

« Certains comportements humains imputables à l’incivisme, aux défis contre l’autorité de l’Etat, à l’intolérance et au jusqu’au boutisme se développent au mépris de notre vire-ensemble et des valeurs de dignité, de probité et d’ardeur au travail qui ont toujours caractérisé et fait la fierté de notre peuple », a prononcé le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré en guise d’ouverture au dialogue politique, ce lundi.

Ledit dialogue a comme principaux axes les élections de 2020, la question du referendum constitutionnel et la situation nationale. Des points qui répondent selon le président du Faso aux aspirations du peuple. « Il est toujours possible d’améliorer la gouvernance », a-t-il ajouté. Une amélioration qui devrait avoir comme résultat le positionnement de l’individu à la devanture des réels changements pour un développement du Burkina.

20 personnes de chaque côté de la table pour les échanges. A la tête de l’alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), l’ancien ministre de la sécurité, Simon Compaoré estime que « tout le monde est cool ». « C’est un exercice qui vaut la peine d’être mené. Au lieu d’être loin chacun dans sa pagode entrain de tirer. Aujourd’hui nous sommes autour d’une même table. C’est ça qui caractérise les société civilisées », a indiqué Simon Compaoré.

En face se trouve le CFOP. Zéphirin Diabré a conduit cette délégation et entend porter les aspirations et les visions de l’opposition politique. S’il n’a pas voulu se prononcer à l’ouverture du dialogue, d’autres leaders politiques par contre ont estimé importante cette rencontre qui va permettre de mettre sur la table des débats, les maux qui minent la société burkinabè.

« Il faut faire en sorte de préserver l’unité et la cohésion nationales. Sur la question du code électoral, l’opposition avait indiqué clairement ses points. Nous estimons qu’il faut tenir les élections présidentielles en même temps que les législatives et nous espérons que ce dialogue ne sera pas un dialogue de plus. L’opposition s’est préparée sur tous les points et le principe c’est de discuter entre nous » (Me Gilbert Ouédraogo)

Rendez-vous alors le 22 juillet pour connaitre les conclusions et les recommandations des travaux. Des conclusions que le chef de l’Etat s’est engagé à faire suivre pour une bonne marche du Burkina Faso.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre