Burkina : Le Danemark offre plus de 700 millions de F CFA pour soutenir la paix et la cohésion sociale

214 0

Pour la prévention de l’extrémisme violent et la radicalisation, l’ambassade de Danemark à travers son Fonds DANIDA,  octroie plus de 707 millions de Fcfa à cinq organisations de la société civile des régions du Nord, Sahel et de l’Est. La signature des accords de collaboration entre ces OSC et OXFAM, gestionnaire du fonds, a eu lieu ce lundi 15 juillet 2019 à Ouagadougou.

5 projets portés par des OSC  des régions de Nord, Sahel et de l’Est œuvrant dans le domaine de la promotion de la cohésion sociale, la construction de la paix au sein des communautés ont été retenus pour la seconde phase du guichet 5 du fonds DANIDA de l’ambassade du Danemark. Ce sont OCADES Fada, le Centre diocésain pour la communication (CDC) Ouahigouya, Association Monde Rural (AMR) de Gourcy, l’Union Fraternelle des Croyants( UFC) Dori et OCADES Dori.

Ils étaient les meilleurs, selon le directeur pays de OXFAM, Omer Kaboré, au vu de leur contenu technique, financier et de leur pertinence. « Sur les papiers, ce sont les meilleurs. On les met maintenant à l’épreuve du terrain », explique le directeur  pays. 

Une vue des représentants des OSC et des partenaires

Cette seconde phase connait une hausse du financement et de bénéficiaires que la précédente et s’étalera sur 18 mois, de juillet 2019 à décembre 2020. Et pour Lucien Ouédraogo, représentant de l’Ambassade du Danemark, cela est dans la logique de vouloir toujours mieux faire. « En augmentant l’enveloppe et le nombre de bénéficiaires, nous espérons que les résultats dépasseront ceux de la première phase », dit-il.

L’ambassade, en l’en croire, joue sa partition dans la préservation de la paix  et le renforcement des conditions du vivre-ensemble aux côtés du gouvernement et des OSC. Il attend donc de ses bénéficiaires, qu’elles s’impliquent pleinement, qu’elles soient des acteurs et des vecteurs de paix et de cohésion sociale. « Il ne faut pas que ce soit simplement des mots, il ne faut pas simplement que ce soit des paroles. Il faut que nous vivions ce que nous entendions promouvoir », a-t-il ajouté.

Alors pour une bonne exécution, il les a appelés à l’inclusion de tous et surtout à la jeunesse, à travailler en synergie avec tous les acteurs, à un partage d’expériences, à réajuster au besoin leurs stratégies, à communiquer.

« Ne manquez pas de consulter vos gestionnaires, communiquez. N’attendez pas que le pire arrive avant d’en parler », leur  lance-t-il.

Landry Yadgo, représentant des bénéficiaires

Landry Yadgo,  représentant des bénéficiaires a assuré qu’ils ne seront pas déçus. « Vous nous avez fait confiance et nous n’allons pas vous décevoir, nous allons mériter votre confiance à travers une mise en œuvre réussie de ces différents projets”, a-t-il déclaré. 

François Paul Ramdé, coordinateur de l’Union Fraternelle des Croyants (UFC) de Dori, bénéficie du financement pour la deuxième fois pour son projet  « Agir ensemble pour une coexistence pacifique dans un environnement mieux sécurisé au sahel ».

Cette deuxième phase consistera pour lui à consolider les acquis en termes de meilleure participation communautaire de la population à la sécurité, une coopération civilo-militaire pour une meilleure sécurisation afin de permettre  ressortissants de sa région de vaquer à leurs occupations.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre