Burkina : Commémoration des 70 ans des Conventions de Genève

Le Centre Africain de Droit International Pénal et de Droit Humanitaire (CADIPH), a animé un point de presse à Ouagadougou ce mercredi 17 juillet 2019, à l’Ecole Nationale d’Administration  et de Magistrature (ENAM). Aux hommes de médias, les animateurs ont présenté la structure et annoncé la commémoration anticipée au Burkina Faso, des 70 ans des Conventions de Genève prévue le samedi 20 juillet 2019 à Ouagadougou.

Au cours d’une conférence de presse, le Directeur Exécutif du CADIPH, Me Emile Ouédraogo et ses collaborateurs ont échangé avec les journalistes, sur la tenue prochaine d’un panel le 20 juillet 2019 à l’ENAM, en marge des 70 ans des Conventions de Genève.

Les Conventions de Genève ont été adoptées le 12 août 1949. Par anticipation, cette date anniversaire sera commémorée par le CADIPH à Ouagadougou, en partenariat avec le Secrétariat Permanent du Comité Interministériel des Droits Humains et du Droit humanitaire (SP/CIMDH).

Le thème général porte sur « Applications des Conventions de Genève en Afrique francophone : quel bilan  pour plus de protection de toutes les victimes des conflits armés ? ». Le Directeur Exécutif a par ailleurs expliqué que la réflexion autour de l’application localisée de cet instrument multinational, s’impose dans un continent en proie régulièrement à des conflits armés, à l’extrémisme violent, à la poussée du phénomène terroriste.

Depuis l’adoption des Conventions de Genève en 1949, le Droit International Humanitaire (DIH), cherche à la fois à atténuer autant que possible, le niveau de violence entre les parties au conflit et les souffrances de celles et ceux qui en sont affectés. L’objectif général de la commémoration est de contribuer au renforcement et à la réaffirmation de l’utilité du DIH, tout en insistant sur sa spécificité en Afrique francophone.

Ce rendez-vous regroupera des sommités du Droit International du Burkina, du Mali, de la Côte d’Ivoire, de l’Afrique du Sud, de la Suisse, de la France et du Canada.

Au cours des échanges, les conférenciers ont défini le DIH, comme un ensemble de règles qui pour des raisons humanitaires, cherchent à limiter les effets des conflits armés, par la protection des personnes qui ne participent pas, ou plus, aux combats et restreint les moyens et méthodes de guerre.

Les conventions de Genève sont des traités internationaux fondamentaux dans le domaine du DIH. Elles dictent les règles de conduite à adopter en période de conflits armés, et notamment la protection des civils, des membres de l’aide humanitaire, des blessés ou encore, des prisonniers de guerre.

Le CADIPH est né le 17 septembre 2017  et son siège se trouve à Ouagadougou. Premier du genre en Afrique francophone, c’est une association apolitique avec pour mission, la formation et la sensibilisation au quotidien du DIH et du Droit International Pénal.

Issa Cyrille YELEMOU

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page