Sida : Un rapport alarmant au plan global

L’Onusida, l’agence onusienne dédiée à la lutte contre la maladie, a dévoilé dans son dernier rapport que sept cent soixante-dix mille personnes sont décédées dans le monde en 2018  du VIH. 1,5 million de personnes ont, par ailleurs, été infectées par le virus au cours de cette même période. Ces chiffres alarmants  ne cachent pas, toutefois, les importants progrès réalisés en Afrique.

Le dernier rapport de l’Onuci publié ce mardi 17 juillet a montré que la mortalité liée au VIH sida a baissé d’un tiers depuis environ une décennie. Toutefois, si l’on s’en tient au pic de l’épidémie enregistré en 2004 faisant 1,7 million de morts, l’agence onusienne a conclu que la mortalité a diminué de moitié et ce, dû à un meilleur accès aux traitements. Ainsi, en 2018, trois personnes séropositives sur cinq prenaient des antirétroviraux, une proportion inégalée mais loin des attentes.

L’Afrique a énormément progressé et ce, grâce à l’amélioration de la prévention sur le continent. Il s’agit en particulier de l’Afrique australe et l’Afrique de l’Est, regroupant la moitié de la population mondiale infectée par le VIH Sida.  L’Afrique du Sud a obtenu de très bons résultats avec la réduction de plus de 40% du nombre de nouvelles infections  au regard de ces 9 dernières années. Toutefois, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le nombre de décès liés au virus a augmenté de 9% depuis 2010. Il en ressort que l’extinction définitive de cette épidémie est encore loin d’être un acquis.

Le carton jaune revient à l’Europe de l’Est et à l’Asie centrale où le nombre de nouvelles infections a bondi de 30% par rapport à 2010.

L’Onusida a autrement soulevé des inquiétudes quant aux financements qu’elle estime toujours faibles comparé à l’ampleur du défi de la lutte contre la pandémie dans les pays à revenu faible et moyen. Ainsi, pour l’année 2020, le gap est de 7 milliards de dollars pour atteindre les 26 milliards attendus.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page