Burkina : Le Forum national sur l’économie informelle renaît

284 0

« Quelles stratégies pour une formalisation plus accrue et une facilitation des activités des unités économiques  informelles agricoles et non agricoles ? ». C‘est sous ce thème que le Forum national sur l’économie informelle (FNEI) a débuté, ce jeudi 18 juillet 2019 à Ouagadougou. Ce forum se présente comme un cadre de dialogue entre le gouvernement et le secteur informel afin de trouver des solutions aux préoccupations des acteurs de l’informel.

Après huit ans d’interruption,  le forum national sur l’économie informelle (FNEI) a repris, le 18 juillet 2019. Cette 3e édition connaîtra la participation d’environ  1000 participants des acteurs de l’économie informelle venus des 13 régions du pays.

Le FNEI se présente comme un cadre de réflexion et d’échanges de l’ensemble des acteurs et intervenants de l’économie informelle au plan national.

L’objectif global de cette 3e édition est d’offrir un espace de dialogue aux travailleurs de l’économie informelle et de dégager les axes prioritaires du futur plan d’action national pour la transition vers l’économie formelle.

Le choix du thème, selon Lassané Kaboré, ministre de l’économie, des finances et du développement, est « évocateur » car il s’inscrit, a t-il déclaré, dans la dynamique du respect de leurs engagements internationaux, notamment la recommandation n° 204 bureau international du travail (BIT). Cette dernière « appelle les Etats membres à élaborer des stratégies cohérentes et intégrées dont la mise en oeuvre facilitera la transition vers l’économie formelle ».

Le forum qui se tiendra du 18 au 20 juillet 2019, devra permettre entre autres, d’identifier les raisons et caractéristiques de l’informalité, les obstacles à un processus de formalisation des acteurs opérant dans l’économie informelle et les incitations possibles. Par ailleurs, il vise à encourager l’organisation des acteurs de l’économie informelle et définir une feuille de route pour le suivi des recommandations.

L’accès au financement

Et le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, espère que les travaux qui vont se dérouler durant les trois jours, « vont déboucher sur des conclusions que le gouvernement va examiner et essayer de trouver les solutions pour l’amélioration de l’évolution du secteur informel dans son ensemble et surtout, la création d’emploi à travers la transition qui doit s’opérer de l’économie informelle vers celle formelle ».

Cela parce que le secteur informel est en passe de devenir « la clé de voûte » de l’économie du Burkina par l’importance de la population active qu’il mobilise, les revenus qu’il génère et par les nombreux emplois qu’il crée, a-t-il fait savoir. En effet, les statistiques issues de l’enquête nationale sur l’emploi et le secteur informel réalisée  en 2015 par l’INSD, indiquent que 95,2% des actifs occupés dans le pays exercent leur activité principale dans le secteur informel, contre à peine 5% dans le secteur formel.

Pour le président de la chambre de commerce Mahamadi Sawadogo, un tel forum était « nécessaire pour revisiter les propositions qui seront faites au gouvernement pour davantage améliorer les conditions du secteur pour le développement économique ».

Des efforts ont été faits au niveau de la chambre de commerce pour faciliter la création d’entreprises au Burkina mais le plus difficile, a t-il relevé, « reste l’accès au financement, au marché public et la formation que l’Etat pourra aider à faciliter ».

Abondant dans le même sens, Saidou Zangré, représentant les acteurs du secteur informel, attend beaucoup de ce forum, notamment en ce qui concerne le financement, la formation et l’accès au marché.

Il faut rappeler que c’est lors de la rencontre Gouvernement- secteur privé en 2017, que les responsables du secteur informel ont sollicité la reprise de ce cadre de concertation FNEI, et cette 3e édition est la réponse du  Président du Faso à cette sollicitation.

Amsétou OUEDROGO (stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre