Burkina : Le FPDCT rencontre les responsables des collectivités territoriales

122 0

Un cadre d’échanges a été offert aux représentants des différentes collectivités territoriales du Burkina Faso afin de partager leurs préoccupations avec le Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT). Des échanges qui ont eu lieu ce jeudi 18 juillet 2019 à Ouagadougou.

Opérationnalisé depuis avril 2011, le FPDCT a effectué des investissements dans « la réalisation de nombreuses infrastructures pour le bien-être » des populations. Les principaux bénéficiaires de ces réalisations étant les collectivités territoriales, la direction du FPDCT a entrepris une rencontre d’échange et de partage avec leurs responsables.

Après une décennie d’existence, la structure dirigée par Bruno Dipama veut se réinventer pour faire face aux défis du futur. « La création, la vocation et la finalité du FPDCT est d’être l’instrument national unique de financement des investissements des collectivités territoriales. Le FPDCT ne se contentera plus que de financer les investissements », a indiqué le directeur du fonds, Bruno Dipama.

La vision de la structure a été donc dévoilée et est celle d’être un laboratoire de recherche et un centre de ressources pour les différentes collectivités territoriales. Le directeur général entend également consolider sa structure dans sa position « d’instrument capital dans le dispositif de rapprochement de l’administration de ses administrés ». En clair, le FPDCT se positionne comme un outil de décentralisation.

Au nombre de 351, les communes constituent le plus grand nombre de collectivités territoriales au Burkina. Avec les autres collectivités, elles ont suscité environ 100 milliards de francs CFA en termes d’investissement depuis la création du FPDCT. Une grosse somme mais « toujours insuffisante » du point de vue de l’AMBF.

 « C’est une première pour notre association que le fonds vienne vers nous pour connaitre nos préoccupations. Chaque année, nous recevons des financements pour faire des investissements. Souvent nous rencontrons des difficultés énormes et nous n’avons pas de moyen pour rencontrer le fonds et discuter », a indiqué le président de l’AMBF, Armand Béouindé.

En termes de prévision, la présente rencontre sera institutionnalisée pour offrir un cadre de dialogue aux deux structures que sont le FPDCT et l’AMBF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre