Le projet d’appui aux start-ups du numérique lancé

Burkina : Le projet d’appui aux start-ups du numérique lancé

337 0

Dans le cadre du projet e-Burkina, le ministère du développement de l’économie numérique a procédé au lancement de l’appui aux start-ups du numérique ce jeudi 18 juillet 2019 à Ouagadougou. Cet appui vise à encadrer et à former plus de 1000 jeunes dans le domaine du numérique au profit du monde rural.

« Notre jeunesse a du potentiel et a juste besoin d’un coup de pouce. Et ce coup de  pouce, c’est l’incubateur que nous avons recruté avec le soutien de la Banque Mondiale pour encadrer cette jeunesse afin qu’elle puisse construire ses plateformes, ses contenus que nous allons utiliser pour réellement révolutionner notre pays », a fait savoir la ministre en charge du développement de l’économie numérique, Hadja Fatimata Ouattara, à la cérémonie de lancement de l’appui aux start-ups du numérique.

Les avantages de l’innovation du numérique sont nombreux et variés. Les technologies numériques apportent rapidement des solutions à des défis complexes dans divers domaines tels que  le secteur de la santé, de l’éducation, du transport, l’agriculture.

lancement de l’appui aux start-ups du numérique
Lancement de l’appui aux start-ups du numérique

C’est fort de ce constat que le gouvernement veut pleinement faire profiter des avantages qu’offre le numérique et impulser le développement socio-économique du pays. D’où la mise en place du projet e-Burkina financé à hauteur de 12 milliards de FCFA par la Banque Mondiale.

Le ministre a informé que c’est plus de 1000 jeunes qui bénéficieront de l’accompagnement de cet incubateur.

 « Je voudrais encourager tous les jeunes qui ont des initiatives, qui sont porteurs de projets, qui pensent qu’ils peuvent faire quelque chose pour le développement du Burkina Faso, à s’intéresser à cette opération que nous venons de lancer pour que nous puissions un jour les retrouver employeurs quelque part en train de mobiliser des ressources pour pouvoir accompagner ce que le gouvernement met pour pouvoir réussir le développement de notre pays », a invité le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré.

Le Président de l’association KeoLid, Lassane Ouédraogo
Lassane Ouédraogo, le Président de l’association KeoLid

L’encadrement et la formation des start-ups seront assurés  par un incubateur numérique privé. Le Président de l’association KeoLid, Lassane Ouédraogo, a expliqué que le programme consiste à accompagner les start-ups dans le domaine numérique en utilisant les technologies libres ou ouvertes.

A l’écouter, à la longue, c’est pour fabriquer des prototypes informatiques, mécaniques qui vont permettre d’accompagner les différents secteurs tel que la santé, l’éducation mais prioritairement le domaine rural.

« Nous voulons accompagner plus de 1000 jeunes. Notre objectif, c’est de créer une cinquantaine d’entreprises numériques à forte valeur ajoutée (…). Nous avons un partenariat assez divers pour s’assurer que nous allons développer des solutions qui vont apporter le développement au Burkina Faso et qui vont faire que nos agriculteurs, par exemple ne vont pas continuer à labourer avec la daba mais avoir des machines agricoles connectées. C’est notre objectif », a révélé Lassane Ouédraogo.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre