Le secteur informel face au Président du Faso : A la recherche d’une meilleure organisation

146 0

Le forum national sur l’économie informelle  est arrivé à son terme ce lundi 22 juillet 2019. Les préoccupations  du secteur informel assorties de recommandations ont été présentées au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré lors des échanges directs.

Ce sont plus de mille personnes, des représentants venus des 13 régions du Burkina, issues de différents secteurs d’activités  qui ont participé au 3e forum national du secteur informel qui s’est tenu les 18, 19 et 20 juillet 2019 à Ouagadougou.

Ce secteur constitue une frange importante des actifs burkinabè (93% et pèse plus de 30% dans le PIB (produit intérieur brut). Mais « c’est la frange qu’on n’arrive pas à bien cerner ». D’où l’intérêt de la reconduction du forum national interrompu il y a 10 ans.

« Quelles stratégies pour une formalisation plus accrue et une facilitation des activités des unités économiques informelles agricole et non agricoles ». C’est  sous ce thème que le dialogue a été renoué avec les autorités et le secteur informel.

C’est dans cette quête de politique de transition de l’économie informelle en économie formelle, que le chef de l’Etat et des membres du gouvernement ont recueilli directement les préoccupations du monde du secteur informel et recommandations.

Ces préoccupations sont essentiellement des difficultés rencontrées dans l’agriculture, l’élevage, la conservation et l’écoulement des produits locaux, la formation, les crédits bancaires, la question des taxes, les tracasseries douanières, entre autres.

Recommandations

Dans la synthèse des travaux, les participants ont fait des recommandations à l’endroit du gouvernement. Ce sont, entre autres, d’élaborer une stratégie nationale de l’économie informelle vers l’économie formelle, d’adopter une définition nationale de l’économie informelle afin que les acteurs parlent le même langage, accélérer la mise en place de services communaux de délivrance des actes de possession foncière, promouvoir la consommation des produits locaux, améliorer la communication sur les différents accompagnements et les différents accès aux fonds nationaux.

Aussi, des recommandations ont concerné l’exercice de leur métier tels celles de simplifier la fiscalité qui relève de l’économie informelle, diminuer les lourdeurs administratives et la pression fiscale, réduire les taxes sur les produits importés, supprimer intégralement les tracasseries douanières sur le commerce des produits made in Burkina, réduire les délais de règlement des factures par l’Etat, élargir le contrôle des prix à plusieurs secteurs d’activités, construire des centres de formation professionnelle dans les provinces qui en disposent pas et bien d’autres.

C’est après avoir dégagé les pistes sur lesquelles ils attendent le gouvernement, que les différents ministères intervenant dans ce secteur ont été instruits par le président d’éclairer la lanterne des acteurs sur les actions réalisées ou en cours dans les différentes régions du pays.

“Quand on est faible, on ne peut pas se développer tout seul”

Prenant la parole à son tour, le président du Faso, s’adressant à l’assemblée, lui a signifié que tous les secteurs sont prioritaires au Burkina. Il faut donc des initiatives privées pour accompagner le gouvernement.

«Nous devons tous travailler à ce que nous donnions une meilleure organisation au secteur informel, une meilleure définition d’une politique en leur faveur pour leur permettre de pouvoir assumer cette mission », dit-il.

De ce fait, il leur recommande de se regrouper, se structurer pour porter leurs doléances et développer le secteur.

« Quand on est faible, on ne peut pas se développer tout seul. Il faut que les gens s’associent pour pouvoir développer des activités, sinon on sera toujours en train de bricoler sans avoir des résultats (…). Chacun faire son affaire dans son coin et de façon cachée. C’est cela le vrai problème qu’on a. Il faut que nous nous exprimons, sinon on ne pourra jamais se développer de cette manière », ajoute-t-il.

 « Je voudrais insister la dessus parce qu’il faut travailler mais il faut travailler de façon réaliste, sinon on ne développera rien. On fera la même chose que nos grands-parents faisaient depuis 20 ans. On sera toujours en train de se plaindre que ça ne marche pas mais la cause de “ça ne marche pas”, c’est nous-mêmes. Je souhaite que ces réflexions soient intégrées. Je suis mécanicien, nous sommes deux, trois mécaniciens, qu’est-ce que nous pouvons faire pour avancer ?», a insisté le Président du Faso.

Pour finir, il a appelé à la mise e, place d’une structure nationale de l’économie informelle, qui sera une faîtière de toutes les structures communales pour porter leurs préoccupations.

Il a donc souhaité que le forum de dialogue direct se tienne  chaque deux ans pour examiner les engagements pris de part et d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre