Burkina : Les services publics désormais accessibles en un clic

315 0

Le Burkina Faso passe à un autre palier de son processus de digitalisation de ses services publics. Ce jeudi 25 juillet 2019, la ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon a procédé à Ouagadougou au lancement des e-services du guichet virtuel unique de l’administration publique et des nouveaux sites web des ministères et institutions.

Désormais, où que vous soyez sur le territoire du Burkina, vous n’aurez plus besoin de faire de longs déplacements pour vous faire établir un casier judiciaire ou un certificat de nationalité. Fini également les interminables rangs pour les dépôts des concours de la fonction publique. Dorénavant, il faudra juste retenir une seule adresse : www.servicepublic.gov.bf.  Ce portail est un guichet unique virtuel qui  permet aux Burkinabè d’avoir accès au service public de l’administration.

Cette plateforme numérique conçue dans le cadre du projet e-Burkina, est née, selon la ministre du Développement de l’Economie Numériques et des Postes, Hadja Ouattara/Sanon, de la volonté des plus hautes autorités du Burkina Faso de faire usage du numérique pour moderniser l’administration et l’économie du pays.

« Pour répondre aux attentes des usagers et grâce à l’évolution des technologies, de nombreux services dématérialisés ont été créés dans divers domaines tels que la mobilisation de ressources, les dépôts de candidatures », a indiqué Hadja Ouattra/Sanon.

Comme e-services pilotes, on peut citer la demande d’attestation de travail, la demande de casier judiciaire, la demande d’agrément technique en matière d’informatique, la demande de certificat de nationalité, l’autorisation d’enseigner au post-primaire et au secondaire. Désormais, le citoyen, partout où il se trouve, verra ses démarches administratives facilitées et aura accès à un certain nombre de services sur le territoire national en un clic.

Adja Ouattara/Sanon (Ministre du Développement de l’Economie Numérique et des Postes)

Les sites web des ministères relookés

Toujours dans le cadre de ce projet e-Burkina, les ministères et les institutions ont été dotés de nouveaux sites web, pour renforcer la communication électronique dans l’administration. « Soixante-trois (63) sites web créés se révèleront sous un nouveau jour, avec de nouveaux designs, une ergonomie meilleure, une sécurité renforcée, respectant les standards du web actuel », a confié le ministre de la communication et des relations avec le Parlement et parrain de la cérémonie, Rémis Fulgance Dandjinou.

Il a à l’occasion invité les Directeurs de Communication et de la Presse Ministérielle (DCPM) à s’approprier ces nouveaux sites web dans le but de produire des contenus riches et variés au profit des citoyens.

A en croire la ministre du Développement de l’Economie Numérique et des Postes, l’administration électronique vise à faire de l’État un acteur exemplaire et un accélérateur, plus transparent et plus efficace, en facilitant la diffusion en ligne des informations publiques essentielles et en généralisant les téléprocédures. Il s’agit, selon elle,  de mettre en place “une administration à accès pluriel” pour les usagers.

En clair, la digitalisation des services publics présente d’énormes avantages parmi lesquels la réduction de regroupements publics source d’insécurité et de problème de santé publique, la réduction des temps de déplacements pour obtenir les informations sur les procédures de l’administration publique à travers la centralisation des informations et services au niveau du guichet virtuel, la création d’emplois à travers l’ouverture de centres d’informations sur les procédures publiques,  et la valorisation des connaissances locales à travers la production et la mise en ligne de contenus locaux.

une vue du public au Pavillion Soleil Levant (SIAO)
Une vue du public au Pavillion Soleil Levant  du SIAO

S’agissant de la sécurité de ces sites web, la ministre en charge de l’économie numérique rassure qu’ils sont hébergés dans le cloud du gouvernement.

« Et quand on dit cloud, il y a déjà un minimum de sécurité et nous allons continuer à renforcer cette sécurité pour permettre aux Burkinabè d’avoir accès à des services de qualité en ligne et des services sécurisés », a-t-elle ajouté.

Le projet e-Burkina a bénéficié du financement de la Banque mondiale.

Les activités du projet ont été lancés le 7 novembre 2017 à la faveur de la cérémonie d’ouverture de la Semaine Nationale de l’Internet, aujourd’hui Semaine du numérique.

 

Maxime KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre