Simon Compaoré : “Aujourd’hui, on peut manger sa cola, cracher et puis dire ‘Roch'”

604 0

L’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) a indiqué, le jeudi 25 juillet 2019, avoir pris acte de la décision du Conseil constitutionnel qui, le 22 juillet 2019, a déclaré conforme à la Constitution, la modification du Code pénal. « L’APMP pense qu’il est plus qu’impérieux de réglementer l’utilisation des Réseaux sociaux dans ce contexte de lutte contre le terrorisme ».

Il ne s’agit pas de restreindre les libertés, surtout celles d’expression, obtenues après de longues luttes. Sa régulation est primordiale dans la lutte contre le terrorisme, a expliqué Zalissa Koumaré, secrétaire générale du Nouveau temps pour démocratie (NTD), porte-parole de l’APMP pour ce jour.

Mais au-delà des réseaux sociaux, les organisations professionnelles de la presse et de la société civile ont dénoncé l’aspect répressif de la loi et son caractère liberticide, surtout pour les médias. A ce propos, Simon Compaoré, Président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) y est allé de son commentaire :

« Si on doit relire le texte qui a été adopté au niveau de l’Assemblée nationale, vous ne pourrez pas sortir un point qui démontre qu’il y a une volonté de bâillonner la presse au Burkina Faso. Et je rappelle que la presse du Burkina est classée parmi les presses les plus libres sur le continent. Et vous-même vous usez de cette liberté à profusion chaque jour que Dieu fait.

Avant, quand on discutait d’un président, on évitait de prononcer son nom. Aujourd’hui, on peut manger sa cola, cracher et puis dire ‘’Roch’’. Les choses ont fondamentalement changé. Vous savez que dans certains pays, on ne prononce pas le nom du président comme ça. Je ne veux pas citer les noms de ces pays-là. Chez nous, on peut critiquer (…).

Depuis qu’on est au pouvoir, on n’a jamais pris quelqu’un, bâillonner, parce qu’il a dit quelque chose qui a déplu au Président Roch Marc Christian Kaboré. Ce n’est pas maintenant que nous allons changer. »

Simon Compaoré, le 25 juillet 2019 – Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre