Edouard Ndeye, Directeur national de Educo au Burkina Faso

Action humanitaire dans la région du Nord : EDUCO et la fédération du groupement Naam mutualisent leurs actions

296 0

Pour l’amélioration des conditions de vie des populations les plus vulnérables dans la région du Nord, la Fondation éducation et coopération (Educo) et la Fédération nationale des groupements Naam (FNGN) ont procédé à une signature d’une convention de partenariat, le mardi 23 juillet 2019 à Ouahigouya. Les deux structures ont décidé de mutualiser leurs expériences et leurs efforts vers un objectif commun qui est de renforcer la résilience des populations dans un contexte d’insécurité.

La Fondation éducation et coopération (Educo) et la Fédération nationale des groupements Naam (FNGN) sont deux acteurs du développement dans la région du Nord du Burkina Faso. Pour mieux être efficace sur le terrain, les deux structures ont décidé ce mardi 23 juillet 2019 de travailler ensemble sur le terrain en signant une convention de partenariat. Edouard Ndeye, Directeur national de Educo au Burkina Faso, a fait savoir que la signature de cette convention de partenariat a été souhaitée depuis 4 ans.

« C’est suite à un constat que dans les mêmes zones, avec les mêmes cibles, chacun faisait son travail séparément. Nous mettons des ressources dans certaines communes dans le domaine de la résilience et dans le domaine de la lutte contre l’insécurité alimentaire. Quoi de mieux de se rapprocher avec une organisation de renommée internationale comme la FNGN pour ensemble accélérer le pas », a-t-il expliqué.

Pour le premier responsable de Educo Burkina  « ensemble on plus fort », la Fédération nationale des groupements Naam (FNGN) a fait de la résilience des populations son cheval de bataille  depuis 1967.

« La signature de convention entre nos deux structures revêt d’une grande importance en ce sens que chacun évoluait dans son domaine. A partir de maintenant, nous allons pouvoir officiellement mutualiser nos efforts et nos expériences vers un même objectif. Celui de renforcer la résilience des populations dans un contexte d’insécurité », a conclu le président FNGN, Joël Ouédraogo.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre