CAMES : La réaction du Pr Loada suite à sa suspension

645 0

Suspendu en début juillet 2019 des travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains (CIC), par le Pr Bertrand Mbatchi, Secrétaire général du Conseil africain et malgache des enseignants du supérieur (CAMES), le Pr Augustin Loada s’était retenu de commenter l’affaire. Le samedi 27 juillet 2019, à l’occasion du lancement des activités de sa formation politique, le Mouvement patriotique pour le salut (MPS), il a été amené par les journalistes à réagir.

Deux faits avaient été avancés pour justifier la suspension du Pr Augustin Loada. Il s’agit de son implication dans un dossier de déchéance de grades d’enseignants et une plainte du Dr Abdoulaye Soma, par ailleurs candidat déclaré à la présidentielle de 2020 au Burkina.

Tout d’abord, le Pr Augustin Loada a indiqué que sa suspension n’aura pas d’impact sur sa nouvelle vie politique. « En termes d’image, il n’y a aucun souci », dit-il avant de commenter ce qui est appelé ‘’rivalité’’ entre sa personne et celle du Dr Abdoulaye Soma.

« C’est tout simplement un candidat qui n’est pas content de son évaluation et qui a tout à fait le droit et la légitimité de contester », a-t-il déclaré concernant le Dr Abdoulaye Soma avant de s’étaler. « Moi en tant qu’enseignant, ça fait 25 ans que j’enseigne à l’université de Ouagadougou et chaque année, nous avons des étudiants qui réclament. On examine, si c’est fondé, on leur donne raison. Si ce n’est pas fondé, on continue la route ».

Ensuite, sur sa suspension des travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains (CIC), le Pr Loada a été plus prolixe :

« Vous savez, participer aux travaux du Comité technique spécialisé (CTS), c’est un service. Je dirai même un service ingrat parce qu’on n’est pas payé pour ça. Vous lisez les thèses, vous lisez les travaux, parfois, ils sont insipides et vous évaluez.

J’ai été membre du jury du concours d’agrégation de 2007 à 2011. C’est moi qui ai lancé le concours d’agrégation de sciences-politiques avec mes réflexions à la demande du président du CTS de l’époque. J’ai donné le maximum de ce que je pouvais donner à la communauté camesienne (du CAMES, ndlr).

Donc, si le secrétaire général ne veut pas que je contribue, ce n’est pas un problème pour moi. Je continue mes enseignements. Je suis toujours directeur de l’école doctorale, je continue à donner ma contribution à la formation de la jeunesse. Il n’y a aucun souci pour moi ».

A la question de savoir si la création du parti qu’il préside, le MPS serait une réaction à la création de celui du Dr Abdoulaye Soma, le Pr Augustin Loada a tout simplement lancé : « Je ne suis pas au courant de ce mouvement ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Il y a 1 commentaire

  1. Le style dans lequel (évasion et divertion) s’inscrivent les réponses du mis en cause est symptomatique du problème posé. Dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

ONI : Le nouveau PCA installé

Posté par - 17 septembre 2019 0
Cyrille Sanon, commissaire divisionnaire de police, nommé président du conseil d’administration de l’Office National d’Identification (ONI),  suivant délibération du conseil…