72 heures des journées de solidarité et de développement

Burkina : L’association « Pour le Kourittenga, je m’engage » vient en aide aux populations vulnérables

107 0

L’association « Pour le Kourittenga, je m’engage » a organisé la 4ème édition des 72 heures des journées de solidarité et de développement les 2, 3 et 4 août 2019 à Koupéla. Cette édition a été ponctuée, entre autres, par une remise de vivres, des métiers à tisser, la délivrance gratuite de 1000 CNIB et une nuit d’excellence pour encourager des acteurs de l’éducation de la province.

Le samedi 3 août 2019, la ville de Koupéla, située à 140 km de Ouagadougou, était en fête. L’association « Pour le Kourittenga, je m’engage » a tenu sa 4e édition des 72H des journées de Solidarité et de Développement. Une série d’activités était au programme.

de matériels spécifiques et de mobilité aux élèves en situation de handicap,
Remise de mobilité aux élèves en situation de handicap

Don de dix tonnes de vivres aux personnes vulnérables, de matériels spécifiques et de mobilité aux élèves en situation de handicap, délivrance de 1000 cartes nationales d’identité burkinabè aux femmes des 9 communes de la province, la nuit du mérite pour récompenser des meilleurs élèves, enseignants et CEB de la province, et la finale d’une coupe de football, ont été les différentes activités qui ont marqué cette édition des journées de développement et de solidarité organisée par l’association « Pour le Kourittenga, je m’engage ».

la finale d’une coupe de football
La finale de la coupe de football

Le président de l’association, Adama Kouraogo, a rappelé que les 72 heures sont placées sous le signe de la solidarité, du développement, de la cohésion sociale et du vivre ensemble.

« Notre association s’est engagée à fédérer les énergies des fils et filles de la province du Kourittenga. Nous pensons que l’organisation de cette coupe inter commune permet non seulement aux joueurs de fraterniser. Mais au-delà des joueurs, la population des 9 communes de la province de mieux se connaitre. C’est comme cela que le sentiment d’appartenance à une même collectivité naît. Et dès que cela est fait, les efforts de développement deviennent faciles », a-t-il laissé entendre.

« L’objectif c’est de véritablement  jeter un regard vers nos semblables qui sont les plus démunis. D’apporter du soutien, de l’assistance et les aider à se prendre en charge à travers des dons de matériels aux femmes qui produisent déjà », a fait savoir Adama Kouraogo concernant le don aux personnes vulnérables.

 Adèle Tougma, personne vivant avec un handicap et bénéficiaire d’un moyen de mobilité, a expliqué que le tricycle va lui permettre de se déplacer en toute inquiétude et de mener ses activités. Cette 4e édition était sous le patronage de Simon Compaoré, de Laurence Ilboudo et de Hadja Mamounata Velegda. Clément Sawadogo, représentant Simon Compaoré, a salué l’initiative.

la nuit du mérite
La nuit du mérite

« Ce sont des jeunes qui sont pour la plupart  dans les grandes villes, qui sont des ressortissants de la province et qui s’organisent pour venir soutenir les actions de développement  de la province. Conscient que l’Etat à lui seul ne peut pas offrir à tout le monde tout ce qu’il lui faut pour vivre décemment. Ce sont des initiatives à encourager », a-t-il indiqué.

En quatre éditions, l’association « Pour le Kourittenga, je m’engage » tire un bilan satisfaisant. Adama Kouraogo a profité lancer un appel à toutes les bonnes volontés pour la pérennisation des journées de Solidarité et de Développement

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre