Côte d’Ivoire : « Que Gbagbo et Bédié se rencontrent, ce n’est pas mon affaire », se défend Alassane Ouattara

272 0

Selon « Jeune Afrique » plusieurs sources concordantes proches du chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara ont témoigné qu’il avait juré empêcher la rencontre entre Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, le 29 juillet 2019 à Bruxelles en Belgique. Toutefois, il dénonce une intox de mauvais goût.

Dix ans en arrière, personne n’aurait cru en une rencontre voire une alliance entre Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. Comme pour confirmer qu’en politique toutes les éventualités ne devraient pas être écartées, ce fut la grande surprise le lundi 29 juillet 2019 lorsque ces deux hommes politiques ivoiriens aux parcours et aux idéologies différents se sont rencontré à Bruxelles en Belgique où est assigné Laurent Gbagbo.

Selon « Jeune Afrique » à qui des proches collaborateurs du Chef de l’Etat auraient fait des confidences, Alassane Ouattara avait juré que les retrouvailles entre Gbagbo et Bédié, son ancien allié au sein du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), n’auraient pas lieu. Avec son camp, il aurait alors manœuvré « pour les empêcher» de s’entretenir en tête-à-tête et ce, vainement.

« C’est faux » a répliqué ADO qui dément ces affirmations. « Quand deux Ivoiriens se rencontrent, ce n’est pas mon problème. Les gens peuvent se voir où ils veulent et quand ils veulent, ce n’est pas mon affaire. Je ne suis jamais intervenu », explique Alassane Ouattara à Jeune Afrique. « Ce n’est pas ma manière de faire de la politique, conclut-il. Mon problème, ce n’est pas cela, c’est de faire venir des investisseurs en Côte d’Ivoire et d’améliorer la vie de mes concitoyens».

Laurent Gbagbo a été acquitté par la Cour pénale internationale mais ce verdict a été mitigé en appel avec des contraintes telles l’interdiction de rentrer en Côte d’Ivoire où la présidentielle d’octobre 2020 fait déjà ses effets.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre