Général Gilbert Diendéré : “Je ne suis pas un traître”

378 0

A l’audience du procès du Coup d’Etat de septembre 2015, le mercredi 7 août 2019, les avocats de Adama Ouédraogo dit Damiss ont plaidé en faveur de ce dernier, poursuivi dans ce dossier pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, et coups et blessures volontaires. « Il est innocent », a clamé Me Paul Kéré.

Les conseils du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss ont indiqué dans leurs plaidoiries, que l’accusé était présent au Camp Naaba Koom II lors du Coup de force de 2015, dans le cadre de son métier. Ils ont par ailleurs nié en bloc, les accusations portées contre leur client.

« Il n’est mêlé ni de près ni de loin à cette affaire », a affirmé, Me Stéphane Ouédraogo qui soigne les intérêts de l’accusé Damiss. Plus, Me Paul Kéré a demandé « l’acquittement » pour son client. Pour sa part, l’accusé a conforté les dires de son conseil en réaffirmant qu’il était au Camp Naaba Koom II, base des ex éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), dans le cadre son travail.

Mais bien avant ces interventions, le général Gilbert Diendéré également surnommé « Golf », l’un des présumés cerveaux du putsch de 2015, a été appelé à la barre par le président du Tribunal pour ses derniers mots à la suite de la série de plaidoiries de ses différents avocats.

Ainsi, le général Gilbert Diendéré a réitéré ses « compassions » pour les personnes qui ont perdu la vie lors des évènements de septembre 2015. Tenant le crachoir, il est revenu sur l’une des actualités du Burkina Faso, les attaques terroristes.

Le général s’est dit disposé à apporter sa contribution dans la lutte engagée par l’armée burkinabè contre les terroristes. « Je ne suis pas physiquement avec eux, mais je prie pour qu’ils (les soldats burkinabè, ndlr) viennent à bout de ces attaques », a souhaité le présumé cerveau du putsch.

Aussi, poursuit-il, « du fond de ma cellule, je suis disposé à apporter ma contribution pour la défense de ma patrie. Je ne suis pas un traitre et je ne trahirai jamais mon pays ».

En rappel, « Golf » est poursuivi pour attentat à la sureté de l’Etat, meurtre, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline, et coups et blessures volontaires. Lors de sa première prise de parole devant le Tribunal pour relater sa vérité sur le putsch, il avait indiqué n’être ni le planificateur, ni le commanditaire, ni l’exécuteur du coup d’Etat de septembre 2015.

L’audience a été suspendue avant 17h et reprendra le vendredi 9 août 2019.

Ignace Ismaël NABOLE
Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre