Burkina : Le FPDCT tâte les réalités de l’Est

173 0

Pour les dernières lignes droites de la caravane de presse organisée par le Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) le cap a été mis sur les régions de l’Est, du Centre-Est et du Centre-Sud. Une étape qui a amené les professionnels des médias sur des terrains parfois très difficiles.

Sur une route impraticable où éviter un obstacle conduit droit vers un autre, les caravaniers ont eu fort à faire sur la nationale 4. Un aller-retour sur la voie qui relie Ouagadougou à Fada-N’Gourma qui peut s’avérer traumatisant. Ce sont là, les conditions d’une caravane de presse qui se veut la plus proche possible des populations. Des conditions parfois très difficiles mais qui montrent tout de même les réalités dans certaines localités.

Tibga, Diapangou ou encore Dialgaye, voici là quelques localités qui ont connu la visite de la caravane de presse. Une caravane qui est allé toucher du doigt les réalités du terrain, surtout dans la partie Est du pays en proie aux attaques terroristes. A Kontaga-Peulh dans la commune de Tibga, le fonds a financé la réalisation d’un bouli pastoral. Financée à environ 66 millions de francs CFA par le FPDCT, ladite réalisation est perçue comme une aubaine pour les populations, surtout celles à vocation pastorale.

Visite du bouli dans la commune de Tibga

En termes de réalisations dans les autres collectivités de la région, la mairie de Fada N’Gourma a été équipée d’une salle de réunion, la commune de Diapangou a bénéficié de la construction et de l’équipement d’une maternité et le conseil régional a été doté en salle de réunion et d’un pied à terre pour les conseillers régionaux. Des réalisations qui sont satisfaisantes, selon le premier responsable du conseil régional.

« C’est la première fois que le fonds permanent nous rend visite et est l’un des principaux bailleurs de fonds. Si le fonds n’était pas là dans les années 2010-2011, il va sans dire qu’aussitôt créées, les mairies allaient endurer une atroce souffrance. Tout ce que nous avons réalisé sont des infrastructures qui vont participer à enrichir le conseil régional », a indiqué le président du conseil régional de l’Est, Paripouguini Lompo.

Le Centre-Est et le Centre-Sud en conclusion

La dernière étape de la caravane de presse a concerné les régions du Centre-Est et du Centre-Sud. Au niveau de ces deux localités, les messages ont été les mêmes partout  ailleurs. Des messages de satisfaction et de remerciement à l’endroit de la structure qui met le développement des collectivités territoriales en avant. « Si on te lave le dos, il faut te laver le visage », a indiqué le maire de la commune de Baskouré, Dieudonné Sawadogo pour exprimer son envie de continuer le développement de sa commune « avec ou sans le fonds permanent ».

Avec la fin de cette caravane de presse, c’est une des cinq grandes activités retenues pour la célébration de la décennie de la structure qui vient d’être bouclée. Sur les points où le fonds a été interpellé notamment sur les décaissements et le suivi, le directeur général du FPDCT, Bruno Dipama, répond : « sur les questions de décaissement,  nous avons entrepris d’initier des cadres de concertations avec les directions générales du budget, du trésor et avec celle du contrôle financier. Si non, les retards de décaissements ne sont pas la faute du fonds permanent ».

En attendant la mise en place d’un service suivi-contrôle, les activités commémoratives de la décennie du FPDCT se poursuivent avec les colloques régionaux, l’opération de don de sang, les plantations d’arbres et très prochainement, les ateliers d’immersion régionaux.

Basile SAMA

Burkina 24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre