CASEM du ministère de la santé : Le plan triennal en réflexion

66 0

Le ministère de la santé a tenu ce jeudi 7 août 2019 son premier Conseil d’Administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2019 à l’hôpital Tengandogo à Ouagadougou. Les réflexions ont porté sur le dossier d’investissement et le plan triennal 2020-2022.

Pour ce premier Conseil d’Administration du Secteur Ministériel, l’ensemble des réflexions met un focus sur le plan triennal 2020-2022 de la politique sectorielle et sur le dossier d’investissement en vue d’une amélioration continue de la santé de la population.

« L’objectif de ce CASEM, dira Claudine Lougué, ministre de la santé, est de voir l’état de mise en œuvre des recommandations de l’année 2018 et de dégager le contenu d’un plan triennal qui sera une boussole pour terminer le PNDES en cours et pour orienter notre politique en matière d’objectifs prioritaires ».

Pour la question de financements. « Nous allons également parler du financement et des investissements dans le secteur de la santé qui est un défi pour nous et qui recommande que nous puissions nous orienter vers d’autres méthodes de financements pour rendre nos financements traditionnels plus pertinents et plus porteurs de succès  pour la mise en œuvre de notre politique sectorielle », explique toujours la ministre.

Le chef de file des partenaires techniques et financiers, Christophe Rockmare annonce de ce fait que leur apport pour ce plan triennal est pluri-forme. « D’abord c’est de travailler avec le ministère pour voir comment on peut au mieux  utiliser les ressources et cibler au mieux les populations pour qu’elles en bénéficient dans l’atteinte de l’objectif d’offrir une santé meilleure à tous et respectifs de leur niveau de revenus. Après ce sera le côté technique en amont, on va travailler financièrement à appuyer le plan mais aussi techniquement à appuyer les activités  pour que tous ensemble, on puisse atteindre ces objectifs », dit-il.

La ministre de santé n’oublie pas un autre grand défi, celui de renforcer le dialogue social et  la cohésion dans la mise en œuvre des actions planifiées pour garantir un meilleur état de santé à la population.

Tout en félicitant les différentes équipes pour les résultats engrangés au cours de l’année 2018 et au premier semestre de 2019 malgré le contexte sécuritaire et les mouvements sociaux qu’a connus son département, elle dit compter sur le sursaut d’orgueil  et l’engagement légendaire des uns et des autres pour relever les défis qui se posent au système de santé burkinabè.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre