Burkina : Une orientation pour une couverture vaccinale équitable

181 0

L’atelier d’orientation sur l’analyse de l’équité en immunisation et le monitorage orienté vers l’équité, s’est ouvert ce mercredi 14 août 2019 à Ouagadougou. Durant 2 jours, les directeurs régionaux de la santé et leurs partenaires vont analyser les grandes lignes du monitorage pro-équité.

Cet atelier constitue un point de départ d’une grande orientation en matière de vaccination. Malgré les efforts consentis en matière de vaccination au Burkina Faso, environ 10% des enfants échappent à ce traitement préventif. Ses enfants non vaccinés ou sous-vaccinés se répartissent de façon inégale sur le territoire national. Ainsi, 16% des enfants âgés de 12 à 23 mois ne sont-ils pas complètement vaccinés, selon le calendrier du programme élargi de vaccination (PEV).

Les districts de Saponé, de Manga, de Gourcy, de Pouytenga et de Ziniaré ont des taux de couverture vaccinale inférieurs à 80% pour les 1ère et 2ème doses de rougeole au compte des 3 dernières années. En 2018, 22 districts sanitaires avaient une couverture vaccinale inférieure à 80% pour la 2ème dose de rougeole. Cela a entrainé une épidémie de rougeole dans 42 districts sanitaires du pays les 4 dernières années.

Dr Landaogo S. Lionel Wilfried Ouédraogo, Secrétaire général du Ministère de la Santé, a procédé au lancement officiel de cette session de travail. Il a précisé que cette rencontre d’échange et de travail s’inscrit dans une nouvelle dynamique de vision de développement du système de santé au Burkina Faso.

« Elle symbolise un appel lancé à l’endroit de tous les acteurs à porter un regard plus humanisant empreint de justice et d’équité dans l’offre de service de santé, en particulier de vaccination, dans un monde inter changeant », a-t-il indiqué.

Un Système de santé équitable pour le bien-être physique et psychologique

Pour le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), tous les enfants doivent avoir l’opportunité de survivre, de se développer, d’être protégés et de réaliser leur plein potentiel sans discrimination.

La représentante de l’UNICEF, Dr Anna Vincent, a expliqué qu’un système de santé équitable vise à donner à tous, un niveau optimal de bien-être physique et psychologique, quitte à donner plus aux couches défavorisées.

« Lorsque les enfants sont en bonne santé, les familles n’ont pas à assumer de lourds frais médicaux, ce qui leur permet de consacrer plus d’argent à l’alimentation et à l’éducation. Les enfants en bonne santé sont davantage assidus à l’école, apprennent mieux et deviennent des adultes plus productifs. Enfin les parents qui n’ont pas à s’occuper d’un enfant malade ou handicapé peuvent consacrer leur temps à d’autres activités, particulièrement des activités professionnelles », a-t-elle ajouté.

L’analyse d’équité dans la dispensation des services de vaccination permettra, entre autres, d’identifier les populations et les communautés avec les plus faibles couvertures vaccinales dans le pays, d’identifier et de documenter au niveau communautaire et des centres de santé de promotion sociales les facteurs limitant ou les contraintes associées à l’accès et à l’utilisation des services de vaccination, d’analyser ces facteurs limitant et de proposer des solutions applicables dans le contexte du Burkina Faso, et enfin de renforcer les capacités du personnel de santé dans l’élaboration de plans d’action pro-équité et cela à tous les niveaux de pyramide sanitaire.

Issa Cyrille YELEMOU
Pour Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre