Banni à vie en Guinée, Paul Put réagit

390 0

La Fédération guinéenne de football (Féguifoot) a banni à vie Paul Put, précédemment sélectionneur du Sily national. Le Belge n’a pas tardé à donner sa réponse. Il clame son innocence dans cette affaire.

« Apportez vos preuves, je vous apporterai toutes les preuves de ce que j’ai écrit dans mon rapport », a réclamé Paul Put dans un communiqué signé du 17 août 2019. Cette sortie du technicien Belge fait suite à une décision du comité d’éthique de la Fédération guinéenne de football (Féguifoot) de le suspendre à vie pour corruption. Et pour cela, Paul Put est ferme.

« Je n’ai jamais, au grand jamais racketté qui que ce soit, ni un joueur, ni un membre de mon staff. Tout est faux et archi-faux », insiste-t-il dans son communiqué. Il insiste d’ailleurs sur le fait que « personne n’a la moindre preuve de ce mensonge outrancier ». Pour lui, il s’agit donc d’une « diffamation odieuse ».

Il est conscient que cette décision aura un impact pour la suite de la carrière d’entraîneur. C’est pourquoi, il estime qu’il a été « sali dans le monde entier sans la moindre preuve ». Et pour cela, Paul Put exige des excuses publiques si le comité d’éthique de la Feguifoot n’a aucune preuve contre ces présumés faits de corruption.

Paul Put ne restera pas les bras croisés

Celui qui a aussi dirigé les Étalons du Burkina estime aussi être une victime. « J’ai subi des pressions d’une seule et même personne ». Il accuse d’ailleurs le premier vice-président de la Féguifoot Amadou Diaby suspendu pour sept ans dont cinq ans ferme. En plus de cela, il accuse le président de la Féguifoot Antonio Souaré de l’avoir instruit d’envoyer son rapport de la CAN au ministre des sports de la Guinée. « J’ai informé le ministre de cela par SMS », révèle-il. Il précise d’ailleurs que « tout est clair » dans son rapport.

Le contrat du Belge a été rompu de façon unilatérale. La Féguifoot ne souhaite pas, par contre, payer les droits de son employé. Pour Paul Pul les raisons avancées pour la rupture de son contrat ne tiennent pas. « La rupture de mon contrat selon la Féguifoot était justifiée pour non atteinte d’objectif qui d’ailleurs n’existaient nulle part ». En tout cas, il compte saisir le tribunal arbitral du sport (TAS) puisqu’il avoue qu’il ne restera pas les bras croisés.

Paul Put a rejoint la Guinée le 2 mars 2018 après avoir quitté la sélection du Kenya. Cependant, il a échoué en huitième de finale de la CAN 2019 après un débâcle (0-3) contre l’Algérie. Le Belge a déjà été banni à vie dans son pays pour des raisons de  truquage de résultats de matchs.

                                                           Bouba O.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre