Burkina  : Le SYNASEB en grève à partir du 3 septembre 2019

153 0

Le Syndicat National des Secrétaires du Burkina (SYNASEB) entend entamer 96 heures d’arrêt de travail à partir du 3 septembre 2019. Cette grève viendrait en réponse à l’attitude  de la part du gouvernement envers les secrétaires.

Face aux professionnels des médias ce lundi 19 août 2019, le secrétaire général du SYNASEB a levé le rideau sur les actions qu’entend mener sa structure syndicale pour le bien-être du personnel. Et pour ce faire, un arrêt de travail de 96 heures a été décrété à compter du mardi 3 septembre 2019.

Des actions qui, selon le SG du syndicat, aurait pour objectif de pousser le gouvernement à poursuivre « sans conditions les négociations suspendues ». Lesdites négociations portent sur l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs, la prise de mesures d’accompagnement ou fonds de motivation et surtout sur la gestion des carrières des agents. Le syndicat revendique une place au sein de la gouvernance administrative pour ses travailleurs et non au niveau des métiers structurants.

Pour ce qu’il a des approches, Bourama Ouattara assure que plusieurs autorités comme le Premier ministre ou encore le président de l’Assemblée nationale ont été mis au parfum concernant la situation. Raison de plus pour marquer leur ras le bol face à une situation qui pourtant avait eu des prémices de décantation.

« Une rencontre avait été programmée pour le 20 décembre 2017 mais contre toute attente, le gouvernement nous a adressé une correspondance nous informant du report de ladite rencontre au motif que les consultations n’ont pas été tenues au sommet. Depuis ce report, la question de la signature du protocole a été reléguée aux calendes grecques », a indiqué Bourama Ouattara, secrétaire général du SYNASEB.

Le SG du syndicat a par ailleurs souligné que le remaniement ministériel n’a rien apporté de qualitatif à l’avancement du dossier. Pire, la situation s’est dégradée avec la rupture du dialogue social, ajoute-t-il. Une suppression de la catégorie A du corps est en cours et cela apparaît comme de l’huile sur du feu. « Le Pr Seni Ouédraogo, au lieu de s’appesantir sur les préoccupations réelles des travailleurs, passe tout son temps à jouer la carte dangereuse de la division », a déploré Bourama Ouattara.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre