Ambassadeur Edmond Wega : « J’ai foi que le Burkina Faso sauvegardera sa stabilité envers et contre tout »

1038 0

Le départ de l’ambassadeur Edmond Dejon Wega est aussi celui d’un « témoin privilégié de la croissance et de la diversification des investissements et intérêts commerciaux canadiens au Burkina Faso ».,

Arrivé en octobre 2017 et à présent sur le point de rentrer au Canada, l’ambassadeur Edmond Dejon Wega pense déjà au jour où il y reviendra.  Parce qu’il « a appris que quand on vient une fois au Burkina Faso, on y revient ». Cela, il a pu le découvrir de par lui-même une fois au contact des Burkinabè. « Mon séjour au Burkina Faso est à son terme mais mon amour pour ce pays des femmes et des hommes intègres et sa population demeure », a déclaré le diplomate.

Il n’aura passé que 23 mois en territoire. Mais ce temps a été suffisant pour lui pour parvenir à faire enregistrer « des sommets historiques » à l’appui financier du Canada au Burkina Faso, soit « près de 20% en 2017-2018 ».

Cet apport a consisté à la consolidation de l’appui à l’éducation de base avec un appui (25 milliards de francs CFA sur cinq ans) pour aider le pays à offrir à ses filles et garçons un accès à une éducation de qualité, à l’intensification de l’intervention dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive et sexuelle et au financement d’initiatives pour prévenir l’extrémisme violent et pour promouvoir la paix à travers le renforcement des capacités des femmes leaders en médiation.

Le Canada est aussi connu pour sa politique d’aide internationale féministe adoptée en juin 2017. Intitulée « la croissance au service de tous », elle accorde une attention particulière à la femme, singulièrement à la jeune fille.  « J’ai été fier de lancer le programme Voix et Leadership qui pendant cinq ans et avec près de 2 milliards de francs CFA, accompagnera des organisations de promotion des droits des femmes dans la réalisation de leur mission », a tenu à relever l’ambassadeur Wega, « témoin privilégié de la croissance et de la diversification des investissements et intérêts commerciaux canadiens au Burkina Faso ».

Cela s’est traduit par l’organisation du premier forum économique du Burkina Faso au Canada en septembre 2018 qui a permis d’« avancer » les échanges commerciaux et économiques qui « procurent de part et d’autre une satisfaction ». La diversification des investissements, c’est aussi l’appui aux organisations de la société civile pour le financement de projets axés sur la promotion de la paix et de la cohésion sociale, l’égalité entre les sexes et l’autonomisation économique de la femme par le programme 2019-2020 du Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL). Le diplomate a fait mention d’un appui additionnel en direction des filles et garçons privés du droit à l’éducation à raison de l’insécurité dans certaines parties du pays.

« En reconnaissance des efforts » qu’il n’a eu « de cesse à déployer » pour le renforcement des relations entre son pays le Canada et le Burkina Faso © Moussa Sawadogo/affaires étrangères

« Vous et vos collaborateurs avez œuvré inlassablement à donner une dimension nouvelle aux relations Ouagadougou-Ottawa », apprécie le chef de la diplomatie burkinabè. Pour Alpha Barry, c’est fort de sa « parfaite connaissance de l’Afrique et de ses réalités » que cet ancien chef de l’aide et directeur principal responsable des programmes de développement a permis d’engranger des « résultats probants ici au Faso ».

Parmi elle, il comptabilise la visite de l’astronaute gouverneure générale du Canada, l’Honorable Julie Payette fin octobre 2018 avec pour but de « renforcer » les relations bilatérales. « En reconnaissance des efforts » qu’il n’a eu « de cesse à déployer » pour le renforcement des relations entre son pays le Canada et le Burkina Faso où il pense déjà revenir au terme de son séjour, Edmond Dejon Wega a été fait Officier de l’ordre de l’Etalon.

Le Canada, c’est le “plus grand investisseur privé au Burkina Faso“. Notamment à travers l’exploitation minière au Burkina. Des compagnies minières canadiennes sont en effet présentes dans certaines régions du territoire. Venu au Burkina dans le cadre de l’exploration et de l’exploitation aurifère, Kirk Woodman, géologue canadien, sera enlevé et tué en janvier 2019.

Peu avant cet assassinat, la disparition de la Canadienne Edith Blais et son compagnon italien Luca Tachetto était signalée. Hasard de calendrier ? Il y a  en ce moment, un « partenariat naissant dans le domaine de la défense et de la sécurité et qui verra un plus grand engagement du Canada dans la sous-région ».

“La résilience du peuple burkinabè est indéniable”

L’ambassadeur Wega partage la douleur des attaques terroristes et pense à l’appel lancé en faveur d’actions urgentes pour venir en soutien aux milliers de personnes déplacées internes cherchant à préserver leurs vies et à assurer le minimum vital.

Le diplomate en l’honneur duquel une cérémonie d’au revoir a été organisée en cette journée internationale de l’aide humanitaire ce 19 août 2019 aura contribué à faire augmenter l’enveloppe d’aide humanitaire par son pays qui continue d’explorer les possibilités pour « agir davantage ».

Que retient M. Wega de ces « deux années qui resteront gravées » dans sa vie et celle de sa famille et qui font que son « amour pour ce pays des femmes et des hommes intègres et sa population demeure » ?

« J’en avais entendu parler avant mon arrivée à mon poste d’ambassadeur en octobre 2017.  Il m’a été donné de la voir de visu et je peux en attester : la résilience du peuple burkinabè est indéniable. Et sa volonté de maintenir sa cohésion sociale est si forte que j’ai foi que le Burkina Faso sauvegardera sa stabilité envers et contre tout ».

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre