Burkina : Les trois probables raisons du drame de Koutougou (Courrier confidentiel)

1950 2

L’attaque du 19 août 2019 a entraîné la plus lourde perte jamais enregistrée par l’armée burkinabè depuis qu’elle est engagée dans la lutte contre le terrorisme. De sorte que les interrogations fusent. Le journal d’investigation burkinabè, Courrier Confidentiel, a apporté dans sa parution du 25 août 2019,  quelques réponses que la rédaction de Burkina24 a résumées en trois points essentiels.

1-Lenteur dans la prise de décision

Les mouvements des assaillants qui vont déferler le 19 août 2019 avaient été signalés au détachement militaire quelques jours avant. Malgré cela, le camp a été pris sous le feu nourri des terroristes et 24 soldats sont tombés les armes à la main. Qu’est-ce qui a expliqué ce manque de réaction et d’anticipation ? Les sources de Courrier Confidentiel évoquent la lenteur dans la prise de décision.

Ce qui suppose comme solution, une meilleure fluidité dans le commandement afin d’avoir plus de réactivité dans la prise de décision, compte tenu surtout du contexte actuel.

2- Le matériel

Les soldats burkinabè à Koutougou ont opposé une vaillante résistance aux agresseurs. Malheureusement, le matériel a fait défaut. Selon nos confrères, comme cela a été évoqué lors d’autres attaques, notamment à Nassoumbou, des armes n’ont pas fonctionné au moment où elles ont été sollicitées. Pourquoi  ? Un défaut de maintenance qu’il faudra désormais corriger.

Autre élément, il faut à l’armée du matériel de surveillance, notamment des drones qui permettraient de répertorier en temps réel le mouvement des ennemis, ainsi que des avions.

3 – Des taupes ?

La troisième raison évoquée par nos confrères de Courrier confidentiel réside dans l’hypothèse de l’existence de taupes ou de soutiens des groupes terroristes au sein même des forces armées. Le journal rappelle que des groupes armés ont séjourné au Burkina Faso sous le régime de Blaise Compaoré et ont noué des contacts, qui ne se sont  pas tous rompus avec le temps. « Ces gens-là renseignent, fort probablement, les terroristes. Les premiers responsables de l’armée doivent donc minutieusement étudier cette question afin de limiter les surprises désagréables à l’avenir« , a confié une source militaire à Courrier confidentiel.

Malgré tous ces éléments, la détermination semble être toujours de mise du côté des soldats burkinabè. « Malgré cette situation difficile, nous devons garder la tête haute et défendre la patrie jusqu’à notre dernière goutte de sang (…). La lutte sera longue et rude, mais nous vaincrons« , a confié au journal, un militaire. 

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Related Post

There are 2 comments

  1. Si déjà notre armée arrive a respecté ces trois éléments, la lutte sera gagne, surtout les surveillance a distance et les équipements lourds
    Courage a tous ceux qui lutte pour la paix au Burkina Faso ,
    Dieu est au contrôle

  2. -Lenteur de la prise de décisions ?
    Je dirai « peut-être…, oui « . N’oubliez pas que notre armée est très fortement politisée depuis 2014 par les Maîtres-à-penser des Boys, par le Fils-prophète d’un Sergent-colonial devenu Général,… et que donc, les Officiers opérationnels protègent d’abord leurs têtes.

    -Les armes qui n’ont pas fonctionné ?
    Ceci n’est pas la première fois. Et ce n’est certainement pas la dernière fois. Aux FDS sur le champ de bataille, de faire attention. Quand le « percuteur d’amorce » de votre fusil est en cuivre-traité au lieu d’être en acier-trempé, vous n’avez plus d’arme pour vous défendre au bout d’un chargeur ou 2, vidé(s). Vous devenez ainsi une cible facile. Et là, ce n’est pas une question d’entretien de l’arme. (N’accusons donc pas nos FDS, sur le terrain, comme Courrier Confidentiel tendrait à le faire sous-entendre.) Nombreux sont les politiques depuis les années 2000, qui mangent sur le dos des FDS. Actuellement, ils le font sans retenu. Souvenons-nous, quand l’Etat-mpp envoya un certain artiste pour acheter des armes au profit de nos FDS. Dans quel pays en guerre, on voit des choses pareilles ?
    Je me souviens avoir eu des échanges avec Kôrô Yamyélé, il y a quelques mois de cela, au sujet de fusils d’assaut individuels que le Lieutenant-colonel-Transmission devenu Général-messie, Réfugié-au-pays-des-bûcherons, aurait fait mettre à la disposition de nos FDS en partance pour des missions onusiennes,… J’avais dit que ces armes deviendront inopérantes et dangereuses pour nos FDS, face aux sables, à la chaleur, à l’intensité haute d’un combat,…

    -M. Courrier Confidentiel, aucun drone n’était nécessaire ici. Vous vous trompez.

    -Des taupes ? « Oui » et « non ». « Oui », car il y a en effectivement des taupes dans le Système. Mais « non », car Courrier Confidentiel indexe les mauvaises personnes, et sous-estime totalement l’ennemi. (Ne nous trompons d’ennemis : nous fragilisons davantage ainsi nos lignes de défense. Quand des médiocres et incompétents décident, ils doivent assumer.) Toutes les infos. sont centralisées. Et ce sont quelques individus qui y ont accès, qui les vendent pour leurs propres intérêts. Ne cherchez pas loin. Ils sont insoupçonnables. Il y a en 2 au moins, qui savent « pourquoi » la tragédie de Kutugu (Koutougou). Il appartient à Rock Kaboré, de les débusquer et de les punir.

    Aussi, la tactique utilisée par les terroristes pour attaquer nos FDS à Kutugu, dépasse d’assez loin la capacité de perception de la plupart des Officiers locaux. (J’ai beaucoup de respect pour eux. Mais ici, ils ont été mal formés pour ce putain… de job.)
    Des « Kutugu », nous risquons fort d’en avoir encore. En effet, depuis 2016, à part le formidable travail de nos FDS-de-terrain, absolument rien d’autre de bon n’est fait pour lutter contre ce terrorisme. Nous sommes ici en guerre asymétrique, que beaucoup pensent comprendre et connaître. Pourtant, la réalité est tristement là…!

    -La lutte contre le terrorisme est surtout une question de PHIC que le mpp n’a pas ; et n’en aura jamais même en l’an 3000-beaucoup. Tant que l’Etat-mpp va gérer le Faso comme un cabaret de putes de quartier malfamé, ou une boutique de quartier en zone non-lotie, les terroristes auront un boulevard devant eux. A chacun de se protéger. Ni les bizarreries mises en place depuis 2016 pour se partager de l’argent entre familles et potes du mpp, ni le populisme du mpp, ni le pillage de fonds sur le dos de nos FDS, ni les censures, ni les mensonges d’Etat-mpp, ni les mauvaises masturbations pseudo-cérébrales d’internautes, ni les marches-meetings, ni les agitations de nombreuses OSC (où on trouve aussi des i….),… ne viendront à bout de ces Mauvaises herbes.

    _Il existe un seul début de solution : « Mettre ceux qui connaissent et qui savent, à la place qu’il faut ».
    _Il existe une seule solution : « la dynamique du Savoir-faire, du Savoir-être, le Sang et la Sueur,… de tous ». Pour l’instant, nous avons uniquement des FDS courageuses ; une population d’abrutis agités ; des politiciens menteurs, incompétents, irresponsables, voleurs, têtus,… Rock Kaboré pourra tourner comme un oiseau des Galapagos aux quatre coins du monde. Il ne résoudra rien avec sa logique actuelle. On ne fait pas des omelettes avec de la bouse de vache.

    => Depuis quand, des gens comme Simon Compaoré déphasé, Clément Sawadogo l’infantile toto, Jean-C Bouda wisky-man, Ousseni Compaoré l’endormi, Sy Cherif le ministre parrr-wazard,… peuvent sécuriser un Pays ? Pour Simon Compaoré par exemple à la base, il est un vendeur de céréales à l’OfNaCer (Haute-Volta). En la faveur de la Révolution, il est devenu CDR-brouette. Comment, il peut commander des Commandants, des Colonels, des Généraux (qui ont fait l’école de guerre) ? Pensez-vous qu’ils vont l’écouter ?

    -Dieu Lui-même semble être fatigué par la bêtise des dirigeants-mpp de notre pays.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *