Burkina : Les hommes priés de s’impliquer davantage dans la santé maternelle et infantile

150 0

La santé des mères et des enfants ne saurait être l’apanage uniquement des femmes. Une session de formation sur l’implication des hommes dans la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE) s’est tenue du 27 au 30 août 2019. C’était au centre de formation professionnelle « Goût du jour » de Koudougou. L’atelier vise à permettre au personnel sanitaire de développer des stratégies efficaces pour mieux mobiliser les hommes quand il est question de santé maternelle et infantile.

L’atelier de formation initié du 27 au 30 août 2019 rentre dans le cadre du Programme d’amélioration de la santé des mères et des enfants (PASME 2). Ce programme est à sa deuxième phase. Financé par le gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires Mondiales Canada (AMC), il est effectif depuis 2016 pour une période de quatre ans.

Le PASME est mis en œuvre conjointement avec des partenaires canadiens dont l’Université Laval et Radios Rurales Internationales. Au titre des partenaires nationaux, il y a le Ministère burkinabè de la santé, le Conseil burkinabè des organisations de développement communautaire (BURCASO) et l’Association Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel (SEMUS).

Pendant quatre jours à Koudougou, les professionnels de la santé se sont attelés à comprendre le rôle de l’homme dans la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE).

Organisée par EUMC Burkina dans le cadre du PASME 2

La notion d’égalité homme-femme est désormais, pour eux, déterminante en matière de santé. Car visant à permettre un engagement des hommes comme partenaires de soins dans la SMNE. Au cours de la formation, les agents de santé des régions d’intervention du PASME ont identifié de nouveaux outils. Ces stratégies aideront à mobiliser les hommes dans la promotion de la santé maternelle et infantile.

Le renforcement des capacités des services de santé à accueillir les hommes s’impliquant dans la santé maternelle et infantile a également été sur la table des discussions.

« Organisée par Entraide Universitaire Mondiale du Canada (EUMC Burkina) dans le cadre du PASME 2, cette formation est une aubaine pour chaque participant afin de renforcer ses compétences. Ce qui pourra rendre les foyers et les familles plus épanouis », a déclaré le Secrétaire Général de la région du Centre-Ouest, Daouda Traoré.

Egalité de sexes et développement du capital humain

Le Directeur régional de la santé, Moussa Sana, lui, a rappelé l’importance de la formation pour la région. En ce sens, dit-il, qu’elle contribuera à l’amélioration des indicateurs de santé de la mère, du nouveau-né et des enfants. « C’est une formation qui contribue à l’atteinte des objectifs du développement durable, en rapport avec l’égalité de sexes et le développement du capital humain », a-t-il précisé.

La coordonnatrice du PASME 2, Clémentine Vimbamba, s’est, quant à elle, appesantie sur le rôle des hommes. Les hommes, fait-elle remarquer, jouent un rôle central dans les prises de décision en matière de santé des mères et des enfants. « L’implication effective des hommes contribue inéluctablement à réduire les indicateurs de santé notamment les taux de morbidité et de mortalité », a-t-elle clarifié.

La formation de quatre jours a été animée par le Pr Jean Ramdé et son assistant, Nébila Jean Claude Bationo, tous deux de l’Université Laval du Québec. Ces derniers ont été accompagnés par le Pr Fernand Bationo de l’Université Joseph Ki Zerbo.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre