Burkina : « Droit d’auteur : comment en tirer profit ? », le nouveau livre de Wahabou Bara

196 0

Avec le livre « droit d’auteur : comment en tirer profit ? » de Wahabou Bara, directeur général du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA), dépeint toute l’importance du droit d’auteur, les appréhensions des principaux bénéficiaires, la corrélation entre le droit d’auteur et les industries culturelles créatives.

L’œuvre de 134 pages éditée en 1000 exemplaires est parue aux Editions Découvertes du Burkina ce mardi 3 septembre 2019. Wahabou Bara, directeur général du Bureau burkinabè du droit d’auteur, l’auteur, a essayé de donner des réponses dans son ouvrage « droit d’auteur : comment en tirer profit ? » à de multiples questions.

Quel regard porte-t-on sur le droit d’auteur au Burkina Faso ? Quelle appréhension les principaux bénéficiaires, à savoir les créateurs et auxiliaires de la création, ont-ils du droit ? Comment la gestion collective de ce droit est-elle effectuée aux Burkina Faso ? Quels sont les flux des revenus des auteurs, artistes-interprètes, éditeurs et producteurs d’œuvres littéraires et artistiques ? Quelle est la corrélation entre le droit d’auteur et les industries culturelles créatives ?

Dans une approche pragmatique, il aborde les fondamentaux du concept du droit d’auteur et des droits voisins permettant une assimilation et une appropriation aisée par les parties prenantes du droit d’auteur. L’ouvrage traite également de la complexité de la gestion collective, à travers le fonctionnement du BBDA avec ses forces et faiblesses. Il (le livre) propose de nouvelles orientations pour une amélioration de celle-ci.

Pour ce qui est de la description du livre, il comporte trois parties respectives. Dans la première partie, “droit d’auteur : concepts, enjeux et défis au Burkina Faso”, l’auteur s’intéresse aux généralités sur le droit d’auteur et sa mise en œuvre à travers la gestion collective par le BBDA qui connait un encadrement juridique au triple plan international, régional et national.

En outre, ce livre définit le droit d’auteur, les œuvres protégées par le droit d’auteur, la nomenclature des titulaires de droit d’auteur et de droits voisins qui légitime l’action du BBDA. Dans la deuxième partie, “droit d’auteur et industrie culturelles et créatives”, l’écrivain donne la parole aux bénéficiaires du droit d’auteur et des droits voisins. La contribution du bureau de droit d’auteur dans l’action culturelle et la protection sociale des artistes est évoquée dans cette seconde partie.

Enfin, dans la troisième partie du roman, “portée économique du droit d’auteur”, l’auteur parle des sources de revenus des différents titulaires du droit d’auteur et des droits voisins. Il cite les segments porteurs du droit d’auteur dans la musique et les nouveaux modèles économiques issus du numérique.

Selon Wahabou Bara, au regard de son rôle dans l’écosystème culturel, le droit d’auteur doit désormais être considéré comme un vecteur de croissance. « La gestion de ce droit d’auteur, par l’entremise de la gestion collective à travers le BBDA, constitue un outil de rayonnement de la culture burkinabè. Il participe au renforcement des liens sociaux entre les créateurs d’un même bureau et entre sociétés sœurs, et constitue enfin une source d’attractivité des territoires », a-t-il ajouté.

La dédicace s’est appesantie sur des témoignages et des encouragements envers l’auteur. Abdoul Karim Sango, ministre de la culture des arts et du tourisme, était le président de la cérémonie de dédicace. Le parrain Harouna Kaboré, ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Maître Frederick Pacéré Titinga, l’éditeur Jacques Guégané et bien d’autres personnalités du monde culturel et littéraire n’ont pas manqué d’exprimer leurs soutiens à l’écrivain Wahabou Bara.

Aïna TOURE (stagiaire)
Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre