Burkina : Mazobé Jean Kondé installé dans ses fonctions de président de la Cour de Cassation

64 0

Dans la matinée du mercredi 5 septembre 2019 à Ouagadougou, a eu lieu la cérémonie solennelle d’installation du premier président de la Cour de Cassation Mazobé Jean Kondé.

Ce mercredi 5 septembre 2019 dans la salle des banquets de Ouaga 2000, le magistrat Mazobé Jean Kondé a prêté serment et est installé dans ses fonctions au titre de président de la Cour de Cassation.

La désignation a été faite à partir d’un appel à candidatures avec l’invitation des candidats à développer par écrit et oralement leur conception de l’exercice des fonctions de premier président.

« Je pense que c’est une cérémonie qui montre notre volonté, la volonté de l’Etat et de l’ensemble du gouvernement d’aller vers la mise en place de reformes concernant le pouvoir judiciaire. Je crois que le président qui vient d’être installé, c’est le président de la Cour de Cassation qui a été élu par ses pairs. Ce qui veut dire que nous voulons mettre l’accent sur l’indépendance de la justice », a indiqué le Premier ministre,  Christophe Joseph Marie Dabiré, représentant le Président du Faso.

Le Premier ministre a fait allusion  à l’actualité nationale marquée par le verdict du procès du putsch de septembre 2015. « Nous voulons que le pouvoir judiciaire soit effectivement indépendant, qu’il réponde aux préoccupations de l’ensemble des populations et je crois que l’installation aujourd’hui ne fait que concrétiser le résultat du procès que nous avons constaté et qui montre toute notre volonté de consolider l’Etat de droit dans notre pays », a-t-il ajouté.

Pour concrétiser la vision et continuer à mériter la confiance du Conseil supérieur de la magistrature, selon maitre Mazobé Jean Kondé, président entrant de la Cour de Cassation, trois règles de conduite dont la concertation, la recevabilité et la constance le guideront dans l’exercice des fonctions qui sont désormais les siennes.

« Il s’agit en premier lieu de la concertation. En effet, le solutionnement des difficultés de la magistrature nécessite  que tous ses responsables, à quelque niveau où ils se trouvent, puissent faire preuve d’un esprit d’ouverture et de hauteur pour instaurer  la concertation. Il y a eu tant de crises et de déchirures internes, que tous les acteurs judicaires qui veulent bien construire quelque chose doivent pouvoir se tenir la main », a-t-il fait savoir.

Il se dit satisfait de l’occasion qui lui est donnée d’exercer et de servir la justice. « Le premier président de la Cour de Cassation est également le président du Conseil supérieur de la magistrature. Donc la charge est lourde mais je suis déterminé et je pense qu’avec les accompagnements, on pourra relever tous les défis qui se posent », a expliqué le président entrant.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre