Arts : À l’INAFAC, près de 200 enfants ont joint l’utile à l’agréable

196 0

« Les vacances artistiques » de l’ Institut National de Formation Artistique et Culturelle (INAFAC), activité  orientée vers la formation des enfants pendant les vacances, a connu son apothéose ce jeudi 5 septembre 2019 à l’Atelier Théâtre Burkinabè (ATB) de Ouagadougou. Ils étaient près de 200 enfants à prendre part cette année et ils se sont fait le plaisir de montrer à leurs parents ce qu’ils ont appris pendant la restitution.

« J’ai inscrit mon enfant aux vacances artistiques pour l’éveiller aux arts notamment la musique qu’il aime bien. C’est une activité récréative qui leur permet, non seulement de mieux appréhender leurs cultures, mais aussi de leur permettre de s’éveiller », confie Natalie Woba, parent d’élève.

« Au début j’étais juste venue arranger ma voix pour la compétition de Faso Academy, mais finalement je me suis inscrite dans le domaine vocal pour perfectionner ma voix et apprendre à chanter avec plusieurs voix, comment rentrer dans les aiguës. En plus comme j’aime la musique, j’ai préféré faire ça. J’apprends beaucoup de ce que j’aime faire », dit Cecilia Axelle Thiomiano, élève en classe de 1ère.

Devant de tels arguments et au vu de l’engouement, près de 200 enfants de la ville de Ouagadougou inscrits, le directeur de la formation et de la recherche au  ministère de la culture, Jacob Daboué, représentant le ministre, ne peut que se réjouir.

« Ce sont des sentiments de joie de voir le regard que les enfants et les parents ont des arts aujourd’hui, dit-il, car à l’époque, les gens pensaient que ceux qui faisaient les arts étaient ceux qui étaient ratés, en marge de la société. Aujourd’hui on se rend compte que les arts font partie intrinsèque de la formation humaine ».

De ce changement de mentalité, Abraham Abassagué, le directeur de l’école, mûrit l’espoir de voir éclore de nouveaux talents, car pour lui, le talent seul ne suffit pas, la formation est ce qui vient permettre au talent de se développer.

Les enfants en un mois d’apprentissage se sont donc amusés tout en apprenant à se familiariser aux B.A.-BA de la musique à travers les instruments modernes et traditionnels de musique et imiter des chants traditionnels tels la batterie, guitare, le piano, la percussion, danse, le «bendré », le djembé, aux arts plastiques, entre autres.

La clôture conjointe de ces vacances artistiques et de l’année académique de l’INAFAC a été ponctuée par des restitutions et la remise d’attestation aux enfants en présence des parents et autorités.

Les étudiants de l’école ont saisi l’occasion pour poser leurs doléances qui se résument essentiellement au besoin de matériels didactiques. A cela, le représentant du ministre répondra que l’Etat a sa part de responsabilité qui est de mettre à disposition des enseignants et un ensemble de programmes. A cet effet, il rappelle que pour plus d’ouverture et d’opportunités, des conventions ont été signées à la faveur du dernier Traité d’Amitié et de Coopération Burkina Faso-Côte d’Ivoire, entre l’INAFAC et l’INSSAC, des projets de construction de salles de classe sont en cours.

C’est donc aux parents d’acheter les instruments à leurs enfants. « Quand vous mettez un enfant à l’école, vous lui donnez les fournitures. De la même façon en musique, en art plastique, il faut donner aussi  aux enfants les instruments pour qu’ils puissent pratiquer à la maison. L’école a ses instruments que les enfants ne peuvent pas emporter », dit-il pour conclure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre