Burkina : Le président du CICR visite la Croix-Rouge Burkina

191 0

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer,  est, pour sa première fois, au Burkina Faso. Il a rendu visite au président national de la Croix-Rouge burkinabè (CRBF), Dénis Bakyono, dans la matinée du vendredi 6 septembre 2019 dans les locaux de leur maison commune à Ouagadougou. Plus tard dans la soirée, les responsables de l’organisme humanitaire ont échangé avec la presse.

Depuis 1986, la Croix-Rouge burkinabè a entretenu une solide coopération avec le CICR dans les domaines prioritaires de la diffusion des principes et valeurs humanitaires et de la préparation, réponse aux catastrophes.

Le président national de la Croix-Rouge Burkinabè (CRBF), Dénis Bakyono, a affirmé que «  depuis lors, nous avons vu que d’année en année, ce partenariat est allé grandissant pour prendre en compte d’autres secteurs tout aussi importants tels que la protection avec le rétablissement des liens familiaux et l’offre des soins de santé ».

Il relève que ce partenariat a permis de former et de mettre à la disposition des comités locaux des dizaines d’équipes d’intervention d’urgence, prêtes à intervenir dans les situations de crise et de catastrophes. Des dizaines de volontaires diffuseurs ont été formés pour booster la diffusion des principes et des valeurs humanitaires partout sur l’ensemble du territoire national.

“Des populations déjà confrontées à la misère”

Avec la détérioration de l’environnement sécuritaire au Burkina Faso, dit Dénis Bakyono, le CICR appuie la Croix-Rouge burkinabè pour la réhabilitation de son centre de santé à Djibo dans un contexte où les centres de santé publique sont malheureusement en train de se fermer les uns après les autres dans cette zone.

« Notre pays vit au rythme des incidents de sécurité avec une recrudescence des violences armées. Depuis le début de cette année 2019, nous enregistrons au moins un incident de sécurité. Cet environnement difficile détériore davantage la situation de milliers, voire des millions de populations déjà confrontées à la misère », a-t-il expliqué.

Le responsable de la CRBF s’est réjoui de la visite du CICR pour la compassion portée à leur égard. Il a interpellé tous les membres du mouvement d’approfondir la réflexion sur les enjeux de la nouvelle forme de collaboration.

« Cette situation nous interpelle en tant que mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant rouge. Je suis admiratif devant l’abnégation des collaborateurs et volontaires de la société nationale, vous qui êtes sur le terrain et dans les communautés, ne ménagent aucun effort pour répondre à l’appel des personnes dans le besoin », a mentionné le président du comité international de la  Croix-rouge (CICR).

Toujours selon lui, le CICR a rapidement accru ses interventions au Burkina Faso pour répondre à l’augmentation des besoins humanitaires notamment le mouvement des personnes déplacées. Le CICR, selon lui, promet de continuer à le faire. « Il ne s’agit pas seulement d’investissement financier, mais aussi et surtout de renforcement de capacités afin de permettre à la société nationale d’être plus outillée et à terme, acquérir une autonomie dans ses actions et interventions », a indiqué Peter Maurer.

De l’assistance aux personnes déplacées internes

Il faut noter que le CICR compte aussi mobiliser tous les partenaires du mouvement ainsi que des partenaires externes les plus pertinents pour accompagner la CRBF dans son développement et dans le but de réaffirmer son importance au plan national sur le terrain humanitaire.

Plus tard dans la soirée de ce vendredi 6 septembre 2019, les responsables du CICR et de la CRBF ont animé un point de presse à Ouaga 2000. Cette rencontre a porté essentiellement sur le déplacement massif des populations et les interventions de l’organisme humanitaire.

“Cette année, le CICR a notamment fourni de l’assistance alimentaire à 22.000 personnes déplacées dans les régions du Sahel et du Nord, touchées par la violence. Une vaccination de 68.000 animaux a été organisée début 2019 dans la province de l’Oudalan (Sahel) pour renforcer les moyens de subsistance de nombreuses familles. L’objectif, cette année, est d’en toucher 450.000. Le CICR réhabilite des points d’eau et creuse des puits pour améliorer l’accès des populations à l’eau potable. 7.800 personnes en ont bénéficié jusqu’à présent en 2019 dans les régions du Sahel et de l’Est”, a laissé entendre le Président du CICR, Peter Maurer.

Aïna TOURE (stagiaire)

Noufou KINDO                             

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre