Burkina-Politique : « Nous ne pouvons pas nous aligner avec le MPP. Ça c’est exclu », (Aboubacar Diallo)

303 0

Juste après son assemblée constitutive, le mouvement « AGIR ensemble » a donné son positionnement sur l’échiquier politique du Burkina. Aboubacar Diallo et ses camarades disent vouloir s’aligner avec le chef de file de l’opposition politique (CFOP).

« C’est un devoir patriotique pour chacun de nous de chercher à corriger cette situation dramatique. Alors, c’est ensemble donc que nous devons faire front », a déclaré le Dr Salifou Ouédraogo, premier vice-président du mouvement « Agir ensemble » sur l’état de la situation du Burkina. Ainsi donc, c’est  un combat commun que son mouvement veut mener. Une lutte qu’ils devront ainsi mener aux cotés du CFOP. Ils devront alors dîner sur la même table que Zéphirin Diabré mais surtout avec Eddie Komboigo du CDP.

Les raisons de ce positionnement comme parti de l’opposition seraient que le parti au pouvoir, en l’occurrence le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), « n’a pas suffisamment travaillé ». C’est donc un une note négative que le nouveau-né des partis politiques du Burkina donne à ceux qui sont aux affaires. « Ce que le MPP fait de bon ne suffit pas à faire disparaître ce qu’il y a de mauvais. Nous avons parlé du recul de la nation.  Et nous ne voyons pas d’initiatives fortes pour rassurer le peuple », a souligné Salifou Ouédraogo.

« Par rapport à la question du MPP, il faut être clair. Nous ne pouvons pas nous associer avec le MPP. Ça c’est exclu. Il y a une faillite de la gestion du pouvoir.

Nous sommes tous burkinabè et responsables de la situation qui prévaut. Mais il y a plus responsable que nous. Quand on a les rênes du pouvoir, la responsabilité est plus grande.

Après trois années, nous ne voyons pas de perspectives d’amélioration de la bonne gouvernance dans ce pays.

Voilà pourquoi il faut aller dans un changement qualitatif. Nous nous inscrivons dans un schéma pour retirer le pouvoir au MPP. Nous nous réclamons de l’opposition ».

(Aboubacar Diallo).

Sur de possibles participations aux municipales et aux législatives, le président du parti répond par l’affirmative. Ils entendent jouer sur tous les terrains politiques au Burkina. Et à savoir si le mouvement « Agir ensemble » est prêt et peut réussir les prochaines échéances électorales, Aboubacar Diallo, se dit « confiant ». Pour lui, la mobilisation doit se faire partout au Burkina. Ainsi son candidat qu’il estime « être la seule solution s’il y’a alternance » pourra séjourner au palais de Kosyam.

« Notre attachement à Kadré Désiré Ouédraogo n’est ni honorifique, ni de façade, encore moins messianique. Il est d’action », a indiqué le premier vice-président pour conclure. A l’assemblée constitutive, plus de 600 personnes ont participé.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre