Environnement : La BICIAB s’active pour la réhabilitation de la ceinture verte de Ouaga

59 0

Le personnel de la Banque internationale pour le commerce, l’industrie et l’agriculture du Burkina Faso (BICIAB), a effectué le déplacement sur le site de la ceinture verte de Ouagadougou, ce samedi 7 septembre 2019. L’Administrateur Directeur général, Jean-Louis Menann-Kouamé et ses agents ont saisi cette occasion pour porter en terre 500 plants, composés de cailcedrats et de colatiers sauvages.

Les agents de la BICIAB ont procédé au reboisement d’un hectare pour la 2ème année consécutive sur le site de la ceinture verte de Ouagadougou. On compte au total 500 plants mis en terre. Pour ce 2ème passage, le choix des techniciens de l’environnement pour la banque s’est porté sur le cailcedrat et le colatier sauvage.

Le Directeur des aménagements paysagers de la commune de Ouagadougou, Pascal Rouamba, a rappelé que la plantation aujourd’hui obéit à un certain nombre de prescriptions techniques. « Il y a eu un travail de piquetage, ce qui a permis d’avoir des plantations alignées.

Les trous ont respecté les dimensions prescrites pour ce type de reboisement à savoir 60 par 60 centimètres, afin de remuer beaucoup de terre, d’ameublir et d’enrichir cette terre. Cela va donc permettre aux arbres de bénéficier des nutriments et d’être à l’aise.

Il y a également un traitement phytosanitaire qui est fait au préalable pour chaque trou dans le but d’accompagner la plante au cours de ses premières années de vie. En plus l’enceinte est sécurisée et c’est un espace où il y a l’eau », a-t-il précisé.

Cette action citoyenne de la BICIAB est une contribution à l’inversion de la tendance de dégradation de l’écosystème et participe à l’amélioration du couvert végétal du Burkina Faso.

Pour assurer un meilleur entretien des plants, la banque a réalisé un forage. Ce qui facilite l’arrosage des plants et surtout en saison sèche. Ce forage permet également à certains jardiniers et pépiniéristes de développer des activités génératrices de revenus et aux populations riveraines d’avoir de l’eau potable.

Jean-Louis Menann-Kouamé s’est dit satisfait du bilan de l’édition précédente qui a vu la mise en terre de 400 plants sur le premier hectare. Il s’est réjoui d’abord de constater que tous les plants qui ont été mis en terre ont poussé. Sur le plan social, il a noté que 70 emplois ont été créés autour de cet espace vert.

Et en terme d’image, l’Administrateur Directeur général ne doute point que son équipe et lui, contribuent à améliorer la réputation de la ville de Ouagadougou, qui est pleinement dans son époque et en phase avec les sujets environnementaux, une ville dira-il, où il fera bon vivre.

« L’action que nous avons menée doit également faire tache d’huile. Nous souhaitons donc contribuer à porter au sein de notre association professionnelle des banques, au sein du réseau des entreprises burkinabè un message. C’est un message consistant à fédérer les efforts pour que les 1050 hectares de la ceinture verte puissent être effectifs d’ici 5 à 6 ans, si chaque année quelques dizaines d’entreprises suivent l’exemple de la BICIAB », a-t-il ajouté.

Le premier Adjoint au Maire de la commune de Ouagadougou, Moussa Belem, a salué cette initiative qui n’est pas à sa première de l’entreprise éco-citoyenne, qu’est la BICIAB.

Il a promis un travail de fond et une ligne de conduite pour la réhabilitation de l’espace vert. Le représentant du Maire de Ouagadougou a par ailleurs lancé un appel à toutes les personnes qui se sont installées sur la ceinture verte à la libérer.

Issa Cyrille YELEMOU
Pour Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre