Dialogue sans frontières : Un symposium international bientôt à Ouagadougou

187 0

L’association Dialogue sans frontières a animé ce mardi 10 septembre 2019 à Ouagadougou, un point de presse. Objectif, annoncer la tenue d’un symposium international sur la cohésion sociale et le vivre-ensemble, paix et société. Ce symposium international est prévu se tenir du 7 au 10 novembre prochain.

Ce Symposium international de Ouagadougou vise à renforcer la cohésion sociale à travers la promotion du vivre-ensemble, le développement par le dialogue inclusif et à la promotion d’une paix durable dans la sous-région et en Afrique.

Filippe Savadogo, président de l’association dialogue sans frontières, a déclaré que  la structure «considère que la cohésion sociale est un levier essentiel de la consolidation durable de la paix dans le pays. Elle définit la notion comme la capacité de la société à assurer de façon durable le bien-être de tous ses membres, incluant l’accès équitable aux ressources disponibles, le respect de la dignité dans la diversité, l’autonomie personnelle et collective et la participation responsable».

Selon lui toujours, la question du dialogue est d’une grande importance et d’une actualité persistante. 

Mais sur quoi cette association va s’appuyer pour gérer la diversité humaine et la diversité religieuse au Burkina Faso ? « Notre conviction est que si nous souhaitons que la diversité humaine et religieuse se traduise en une coexistence harmonieuse plutôt que des tensions génératrices de violences, il nous faut entreprendre des actions concrètes en faveur de la cohésion et du vivre-ensemble par le dialogue interreligieux, le dialogue interculturel et le panafricanisme », a répondu  le président de l’association.

Pour le Dr Klaus Grûtjen, représentant régional-Afrique de l’Ouest de la fondation Hanns Seidel, « il y a de la place pour tous ceux qui peuvent encore être récupérés, qui ont peut-être adopté un faux chemin qui veulent retrouver le bon chemin. Mais  pour ceux qui ne veulent pas retrouver ces valeurs là, que les portes soient définitivement closes et qu’on montre aussi que notre famille est capable de se défendre surtout avec des valeurs en offrant des alternatives. Nous savons en tant que fondation Hanns Seidel que ce processus est entre de bonnes mains et c’est pourquoi notre rôle se limite et se limitera à un rôle d’accompagnement ».

En rappel, le symposium se tiendra dans la salle de conférence de Ouaga 2000 et traitera  du terrorisme, des faits religieux et la paix, de la prévention et du règlement des conflits par le dialogue interculturel et interreligieux, des menaces de l’extrémisme violent et  du fondamentalisme religieux sur la cohésion sociale.

L’Association Dialogue Sans Frontière a une dimension continentale. Elle émane  des mouvements des acteurs en faveur du dialogue entre les peuples, les religions et les cultures en Afrique et dans la diaspora.

Aïna TOURE (stagiaire)
Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre