Burkina : Une marche des organisations syndicales et de la société civile dispersée au lacrymogène

232 0

La marche organisée par une vingtaine d’organisations syndicales et de la société civile ce 16 septembre 2019 a été dispersée au gaz lacrymogène par les Forces de sécurité, à Ouagadougou.

Déclarée non autorisée  par la mairie mais considérée comme légale et ayant respecté tous les textes légaux par les organisateurs, la marche du 16 septembre 2019 a été finalement dispersée par les forces de sécurité à Ouagadougou.

Les manifestants ont quitté en bon ordre la bourse du travail de Ouagadougou aux environs de 10h, mais ont  été stoppés au niveau de l’état-major général des armées par le dispositif sécuritaire de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS). Ils ont été ensuite chargés au gaz lacrymogène et dispersés jusqu’à la Bourse du travail. 

De quoi irriter des manifestants et des responsables de la marche, qui estiment qu’il s’agit d’une répression d’une marche pacifique. Certains diront que les moyens des forces de sécurité devraient être utilisés sur le front du terrorisme. 

Un meeting s’est ensuite tenu à la Bourse du  travail et les responsables syndicaux et de la société civile ont demandé aux manifestants de repartir chez eux dans l’ordre et d’attendre les mots d’ordre dans les jours à venir.

Pour rappel, organisée par une vingtaine d’organisations de la société civile et des syndicats, la marche de ce 16 septembre 2019, additionnée à une grève de 24 heures, s’étend sur l’ensemble du territoire burkinabè. Elle vise à dénoncer la gouvernance actuelle du Burkina, des crimes économiques , la mauvaise gestion de la crise sécuritaire et exiger le départ des forces armées étrangères du territoire burkinabè.

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 1 commentaire

  1. Il faudrait que certains responsables syndicaux et de la société civile évitent de défier l’autorité de l’Etat. Ce n’est ni plus ni moins que de l’incivisme. En quoi cette marche aux regard des points de leur plateforme peut aider un temps soit peu à nous sortir de cette insécurité que nous vivons si ce n’est créer plus de désordre. Pendant l’insurrection nous avions répondu tous à l’appel parce que l’objectif était très smart. Mais cet appel de mobilisation général n’a rein de soutenable et de tels actes doivent être traités comme tels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre